L’écologie est aujourd’hui au centre de toutes les conversations et pour cause, la protection de l’environnement devient une réelle préoccupation. Bien au-delà d’un phénomène de mode, on tente autant que possible d’adapter notre quotidien et notre environnement à cette nécessité : moyens de locomotion, intérieur et décoration et maintenant le jardin. En effet le jardin classique peut représenter d’importantes dépenses en eau et de produits de traitement. Heureusement, il est aujourd’hui possible de l’aménager de façon écologique pour réduire le gaspillage et réduire considérablement les déperditions. Pour cela rien de bien sorcier, il vous suffit d’envisager des solutions d’économies d’eau, d’engrais mais aussi de gestion de l’espace.

Récupérez les déchets de votre maison pour les réutiliser dans votre jardin

Le premier geste écologique à adopter pour votre jardin est le recyclage. Rappelez-vous qu’avant d’envisager de jeter certains de vos déchets ménagers, vous pouvez plutôt les transformer en compost. Pour fabriquer votre propre engrais naturel, recueillez dans un composteur toutes sortes de déchets issus de votre ménage :

  • épluchures de fruits et légumes,
  • pain,
  • fruits et légumes inconsommables,
  • restes de tonte de gazon, etc.

Ce mélange servira à fertiliser vos sols, mais aussi à réduire considérablement la quantité de vos déchets. Dans cet élan de recyclage et de transformation, vous êtes également en mesure de faire vous-même votre propre paillis en récupérant les déchets de votre jardin : feuilles mortes, branches, tonte de gazon, etc. Cette technique, appelée paillage, permet d’obtenir une couche de paillis de 3 à 5 cm qui permet de protéger le sol durant l’hiver, mais aussi de la chaleur estivale.

Réalisez des économies d’énergie avec une pergola bioclimatique

Un jardin classique consomme énormément en eau et en énergie. Pour réduire ces dépenses, il vous faut munir votre jardin des meilleurs équipements qui soient. Vous pouvez par exemple le munir d’une pergola bioclimatique.

Si auparavant il était d’usage de planter des plantes grimpantes sur les pergolas des jardins afin de réguler la température, désormais le fonctionnement d’une pergola bioclimatique autoportée peut tout à fait vous permettre de maîtriser la température et l’orientation de l’éclairage du soleil, afin que chacune des plantes de votre jardin puisse profiter au maximum de l’énergie solaire. De plus, ce type de dispositif permet de protéger votre jardin des intempéries tout en étant respectueuse de l’environnement.

Économisez l’eau de votre jardin

Pour les économies en eau, vous pouvez dans un premier temps envisager de récupérer l’eau de pluie. Pour ce faire, vous pouvez procéder de manière traditionnelle : des bidons installés ici et là, qui récupéreront l’eau qui servira à arroser votre jardin plus tard.

Il existe également d’autres dispositifs plus modernes qui peuvent à la fois servir de bac à plante, mais aussi de récupérateur d’eau de pluie. Une fois la récupération terminée, pensez à rationaliser votre arrosage pour éviter le gaspillage. Installez par exemple un système d’arrosage goutte-à-goutte solaire très pratique et écologique, qui sera non seulement un moyen d’économiser de l’énergie, mais aussi de réduire les déperditions d’eau. Le paillage est également une solution efficace pour réduire l’évaporation d’eau.

Privilégiez les plantes peu gourmandes en eau

Nous aimerions tous avoir dans notre jardin les plus belles plantes venues des quatre coins du globe. Malheureusement, elles peuvent représenter un important investissement en arrosage, mais aussi en entretien. Pour un jardin écologique, il est plus réfléchi de choisir vos plantes selon le climat de votre région, la nature de votre sol et des conditions locales. Approvisionnez-vous si possible dans les pépinières locales afin de trouver des plantes adaptées à votre région. Plus elles seront habituées aux conditions locales, mieux elles se porteront, vous n’aurez donc besoin que d’une quantité infime d’engrais et de produits de traitement.

Comment travailler le sol d’un jardin écologique ?

Un jardin écologique ne se travaille pas n’importe comment. En effet, il vous faut conserver autant que possible les micro-organismes et les vers contenus dans votre sol, car ceux-ci contribuent fortement à aérer et à aménager votre sol.

Pour cela, évitez au maximum le bêchage et remplacez-le plutôt par l’usage de l’outil appelé grelinette. De cette façon, vous augmentez également la fertilité de votre sol. Il est aussi possible de ne plus travailler votre sol, si vous voulez mettre en place un jardin écologique. À la place, étalez plutôt un paillis assez épais par-dessus la terre et laissez les vers de terre et autres micro-organismes faire leur travail pendant quelques mois.

Les plantes compagnes et les associations de plantes : une solution à envisager

Le principe est plutôt simple et a déjà fait ses preuves auparavant dans les potagers, les vergers, etc. Cette fois-ci, il s’applique aux jardins écologiques. Les avantages en sont d’ailleurs nombreux et vous permettront notamment de réduire, voire supprimer l’usage de pesticides dans votre jardin :

  • Cultivées les unes à côté des autres, certaines plantes ont des relations symbiotiques et favorisent la croissance de leur plante compagne. C’est par exemple le cas des carottes et des pois, ainsi que de l’aneth et du concombre. Dans la même logique, vous évitez que certaines plantes qui s’empêchent mutuellement de grandir normalement ne soient placées côte à côte.
  • Éloigner certains nuisibles et insectes : certaines associations peuvent réduire l’invasion de certains insectes, à l’instar du myosotis qui sert de répulsif pour les vers de framboisiers, les œillets d’Inde et les tomates, les plantes aromatiques et leurs actions sur le potager.

La rotation des cultures, pour quelles raisons ?

Il est aussi conseillé pour aménager un jardin écologique de procéder à une rotation de cultures, surtout si vous avez un potager et y cultivez des légumes. Il vous faudra varier vos cultures ainsi que les lieux où vous les plantez. Le principe reste tout de même applicable au jardin : les roses ne se plantent pas au même endroit deux fois de suite. De cette façon, vous favorisez la régénération des éléments minéraux contenus dans le sol qui risquent de s’épuiser rapidement si les cultures sont trop rapprochées, et vous éloignez les risques de multiplication des insectes et des nuisibles, mais aussi des maladies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here