L’avocatier représente un arbre très apprécié pour ses fruits succulents assez riches en lipides. Ses feuilles se consomment également comme légumes. Vous pouvez en cultiver dans votre jardin. Dans certaines régions, vous devez le déplacer en intérieur pendant hiver et l’automne pour le préserver du froid ou du gel. Retrouvez dans cet article le descriptif de l’avocatier ainsi que la procédure pour le cultiver et l’entretenir convenablement.

Présentation de l’avocatier

D’origine mexicaine, cet arbre exotique de la famille des lauracées présente des feuilles alternées de forme ovale et de couleur verte foncée. Leur longueur oscille souvent entre 12 et 25 cm. Son feuillage se renouvelle annuellement. L’avocatier dispose généralement d’une taille moyenne susceptible d’atteindre 15 mètres. Son tronc se démarque par son écorce grisâtre et affiche des crevasses. L’avocatier développe de superbes fleurs et des fruits en forme de poire. Ces derniers intègrent une graine centrale d’un diamètre de 3 à 5 cm. D’une longueur de 7 à 20 cm, les avocats pèsent entre 100 et 1000 g.

Variétés d’avocatiers

Divers types d’avocatiers existent. Outre l’espèce d’origine mexicaine dénommée drymifolia, vous trouverez chez les spécialistes la variété guatémaltèque connue également sous l’appellation guatemalensis. Vous pouvez aussi choisir des espèces comme floccosa, nubigena ou steyermarkii. Cette encyclopédie des plantes propose toutes les informations relatives à l’avocatier de Caroline et à l’avocatier Persea americana.

L’avocatier représente une magnifique plante d’intérieur qui produit de succulents fruits. Il peut aussi se cultiver dans un jardin.

Utilité de l’avocatier

Un grand avocatier peut produire de l’ombre. Son fruit reste très prisé pour sa saveur raffinée. En effet, l’avocat intervient dans la préparation de diverses recettes culinaires comme les salades, les desserts, etc. Il demeure également assez réputé pour ses vertus cosmétiques. Les femmes en appliquent sur le cuir chevelu pour l’hydratation et la reconstitution des fibres capillaires. Son bois sert de matériau de construction. L’avocatier se révèle donc utile et pratique.

Culture de l’avocatier

L’avocatier représente un arbre des forêts tropicales humides. Vous devez le faire germer dans les meilleures conditions pour espérer sa bonne croissance.

Le climat idéal pour un avocatier

L’avocatier se cultive en extérieur sous les climats tropicaux ou subtropicaux avec un hiver doux. Dans une zone froide ou de gel, vous avez la possibilité de l’installer en pot. Pendant l’hiver, vous le déménagez dans votre véranda ou au niveau de votre jardin d’hiver. Toutefois, certaines variétés mexicaines se révèlent plus résistantes. Leur rusticité leur permet de supporter des gelées modérées. Lesdits avocatiers peuvent survivre à une température de -5 degrés Celsius alors que les espèces guatémaltèques commencent à périr à partir de -3 degrés Celsius. À proximité de la mer, ces arbres produisent peu de fruits.

Le sol recommandé pour la bonne croissance d’un avocatier

Cet arbre fruitier croît essentiellement sur des sols bien drainés. Dans le cadre du jardinage ou de la culture en pot, privilégiez des sols sableux ou sablo-argileux.

L’emplacement de l’avocatier

Le développement normal et rapide d’un avocatier exige la lumière. Vous pouvez le mettre en terre ou en pot. Privilégiez la seconde option si vous résidez dans une zone de gelée. Vous pourrez ainsi transférer votre avocatier en intérieur lorsque les conditions climatiques deviennent inappropriées pour sa croissance. Positionnez-le toujours près de l’entrée ou à proximité d’une fenêtre.

Le choix du noyau à faire germer

La plantation d’un avocatier intervient par gémination. Cela s’effectue assez aisément avec un taux de réussite considérable. Pour obtenir un arbre de qualité, vous devez choisir le noyau avec soin et minutie. Procurez-vous un magnifique avocat. Si nécessaire, renseignez-vous sur son origine. Privilégiez un fruit bio réputé succulent et charnu. Évitez les produits congelés durant des semaines ou des espèces qui ont subi des traitements. Avec un bon noyau, vous obtiendrez certainement des avocats de qualité. Après le nettoyage du fruit avec de l’eau propre, vous le découpez en prenant soin de ne pas blesser le noyau. Vous débarrassez la chair et conservez uniquement ledit noyau. Si possible, vous l’exposez au soleil jusqu’à ce qu’il devienne entièrement sec. Mettez-le dans un endroit bien aéré à l’abri des insectes et autres prédateurs. Mais, le séchage ne représente pas une exigence.

La germination du noyau

La procédure pour y parvenir demeure assez simple. Vous prévoyez le dispositif ci-après :

– 3 bûchettes d’allumette ou des cure-dents ;

– et un verre à boire.

Vous insérez les bûchettes ou les cure-dents tout autour du noyau. Vous le positionnez ensuite dans le verre en vous assurant qu’il n’y chute pas. Installez la partie pointue vers le haut. Ajoutez de l’eau dans le verre de manière à immerger entièrement la partie basse du noyau. Une autre alternative consiste à mettre au fond du verre du coton imbibé d’eau. Cela permettra au noyau de demeurer en contact permanent avec l’humidité.

Après cette étape, vous patientez quelques semaines pour que les racines apparaissent. Pour une croissance rapide de votre avocatier, vous devez remplacer régulièrement l’eau du verre. Attendez qu’elles atteignent 1 ou 2 cm pour transférer le noyau au niveau d’un grand pot. Celui-ci doit refermer de la terre et du bon terreau. Arrosez fréquemment votre plante pour lui permettre de se développer normalement.

Vous pouvez aussi décider de planter directement votre noyau d’avocat dans du terreau pour le faire germer. Dans ce cas, vous utilisez un grand pot rempli d’un mélange de terre et d’engrais. Vous alimentez la semence en eau jusqu’à ce que les premières pousses sortent. Cette technique séduit par sa mise en œuvre assez simple. Mais, elle reste conseillée pour les personnes expérimentées et le résultat n’est pas toujours au rendez-vous.

Le prix d’un avocatier

Vous avez la possibilité d’acquérir des plants d’avocatiers sur des sites spécialisés en ligne. Prévoyez au moins 6 € TTC. Vous recevez des noyaux déjà germés. Parfois, ils se retrouvent dans un pot. Vous aurez simplement à en prendre soin.

Entretien d’un avocatier

Après la germination de l’avocatier, vous devez l’entretenir pour lui permettre de se développer normalement et de produire des fruits assez rapidement. Un arrosage convenable s’impose. Si nécessaire, vous procédez à son taillage.

L’alimentation en eau de l’avocatier

Cela demeure essentiel pour une jeune pousse. Toutefois, évitez de la submerger d’eau au risque d’entraver sa bonne croissance. Au fur et à mesure qu’elle évoluera, son besoin en eau diminuera. Pour un bon arrosage, restez attentif à la couleur des feuilles. Leur jaunissement se traduit par un excès d’eau tandis que leur brunissement signifie un déficit d’eau.

Le développement de l’avocatier

Si vous entretenez convenablement votre plante, il peut prendre rapidement de la taille. Il peut atteindre 8 à 20 mètres de hauteur en extérieur. Sa longévité s’établit à environ 70 ans. Si vous cultivez l’avocatier en pot, vous devez contrôler sa croissance. Pensez à le tailler lorsqu’il atteint 30 cm. Concrètement, vous retirez les bois et les feuillages morts. Vous coupez les branches qui tendent à prendre trop d’espace au risque de déséquilibrer le développement de la plante. Dans tous les cas, vous devez lui garantir un ensoleillement considérable. En temps de grande fraicheur ou de neige, rangez le pot sur la véranda ou à l’intérieur. Installez-le à proximité de votre fenêtre pour que votre avocatier puisse capter la lumière.

Fructification de l’avocatier

La pollinisation reste incontournable pour que l’avocatier produise des fruits. Pour cet arbre, la floraison se déroule de manière atypique. En effet, l’ouverture de chaque fleur intervient deux fois. La fleur s’affirme dans un premier temps comme une femelle. Ensuite, elle s’impose en tant que mâle. La nouaison représente la phase initiale de la constitution d’un avocat. À cette étape, vous devez fournir assez d’eau à votre plante. Lorsque les fruits commencent à prendre de la taille, vous diminuez progressivement l’arrosage. L’avocat figure parmi les produits climactériques. Il se développe entièrement sur l’arbre et cela peut prendre des mois. À maturité, il durcit et parait frais. Vous procédez à la cueillette du fruit avant que son mûrissement ne démarre véritablement. Pour accélérer ce processus, placez les fruits cueillis à proximité d’autres produits naturels tels que la banane. Ceux-ci génèrent du gaz éthylène propice pour le mûrissement des fruits. Une autre alternative consiste à enfermer vos avocats dans un sac avec une poire ou une pomme. Généralement, la production d’un avocatier démarre au moins 4 ans après sa plantation. Mais, cela varie en fonction des conditions de germination et du soin que vous apportez à votre plante. Certains arbres peuvent fournir jusqu’à 120 avocats. Pour éviter le pourrissement éventuel du surplus, conservez-le dans une température ambiante. Vous avez aussi la possibilité de transformer l’excédent en purée à laquelle vous ajoutez une infime quantité de jus de citron. Ensuite, vous le mettez au réfrigérateur.

Lorsque vous choisissez la culture en pot, vous devez patienter en moyenne 8 à 10 ans pour pouvoir enfin goûter aux premiers fruits de votre avocatier. Toutefois, il présente un impressionnant feuillage verdoyant qui décore et embellit votre intérieur. La récolte des fruits intervient souvent entre mi-octobre et mi-mai. Cela dépend de la variété retenue.

Protection de l’avocatier

Certaines maladies touchent particulièrement les avocatiers. Elles pourraient entraver leur développement normal et les empêcher de produire des fruits de qualité. Ces arbres peuvent aussi subir des attaques de la part d’insectes nuisibles. Vous devez reconnaître les symptômes en cas de problèmes. De plus, une maîtrise des dispositions pratiques s’impose pour sécuriser votre plante et favoriser sa croissance rapide.

Les problèmes de suivi

Parfois, les feuilles d’un avocatier brunissent ou noircissent et finissent par chuter. De nombreuses raisons peuvent expliquer ce phénomène :

a) un déficit d’eau caractérisé par un assèchement de l’extrémité de certaines feuilles ;

b) un choc thermique dû au déplacement de la plante de l’intérieur vers le jardin ;

c) le renouvellement naturel des feuilles ;

d) un ensoleillement excessif.

Dans ces différents cas, un meilleur arrosage et un bon suivi de la plante permettent de régler le problème. Les feuilles retrouvent assez rapidement leur belle couleur verdoyante.

Les champignons néfastes pour l’avocatier

Deux types de champignons se révèlent particulièrement néfastes pour cet arbre fruitier.

L’anthracnose attaque les feuilles des avocatiers par le bout. Elle y développe des taches brunes qui s’étendent progressivement. Pour y remédier, vous retirez les feuilles touchées. Ensuite, vous recourez à des produits spécifiques pour traiter la plante. Les professionnels recommandent du purin d’orties, de prêles ou de consoude. Vous pulvérisez au moins deux fois par semaine pour éliminer ces champignons. La bouillie bordelaise se révèle aussi efficace contre l’anthracnose.

Le phytophthora cinnamomi représente un champignon assez dangereux pour les avocatiers. Il peut même provoquer leur destruction. Il entraine le flétrissement et le jaunissement des feuilles atteintes. Elles meurent assez rapidement sans pour autant chuter de l’arbre. Ce champignon prolifère dans un environnement à la fois humide et chaud. Pour le décimer, vous traitez la plante touchée avec un fongicide bio. Les feuilles retrouveront assez vite leur belle et verdoyante couleur.

Les insectes nuisibles pour l’avocatier

Les araignées rouges représentent de véritables menaces pour cet arbre fruitier. En effet, ces acariens se nourrissent des cellules de feuilles. Bien évidemment, cela porte atteinte à la vitalité de l’arbre. Les feuilles piquées prennent une couleur grise-plombée. En cas d’attaque d’envergure, vous remarquez une chute précoce des feuilles de votre avocatier. Pour combattre les araignées rouges, aspergez régulièrement d’eau votre plante. En effet, ces insectes peinent à proliférer dans un environnement humide.

Par ailleurs, les sciarides constituent aussi un danger pour les avocatiers. Également appelés moucherons, ils adorent le terreau chaud et humide. De nombreuses solutions écologiques existent pour les combattre leur présence et leur développement. Vous pouvez dissimuler le terreau de votre avocatier à l’aide de pierres, de cailloux, de bouts d’ardoises ou de sable. Cela peut prendre un aspect assez décoratif et impressionnant lorsque vous y accordez du soin. Une autre astuce consiste à asperger la terre ou ses environs avec quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée. À défaut, vous avez la possibilité d’utiliser d’autres huiles fortes. Pour éliminer les sciarides, l’autre solution consiste à installer un tulle sur la terre ou à la base de votre pot. Cela a pour effet d’étouffer les moucherons et d’éradiquer leur prolifération. Les professionnels conseillent également de positionner près de votre avocatier un verre ou une coupe. Vous y mettez de l’eau et du sucre. À défaut de sucre, utilisez le miel ou de la confiture. Ce piège attirera les sciarides qui viendront tous s’y noyer. Enfin, pensez à limiter l’arrosage si vous remarquez que votre avocatier subit des attaques de ces champignons. En effet, ils prolifèrent dans un environnement humide. À défaut, ils disparaissent assez vite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here