Le Genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea L.) est un habitué des conditions difficiles. Il supporte la sécheresse extrême, mais aime aussi la mi-ombre. Cet arbuste se plaît dans les sols pauvres et les zones rocailleuses. Le fruit est une baie rouge-brun très toxique, mais l’arbuste a des vertus thérapeutiques. Comment pousse-t-il ? Comment l’entretient-on ? Retrouvez dans cet article un aperçu global de la plante.

Présentation du Genévrier de Phénicie

Il porte plusieurs noms : Genévrier de Lycie, Genévrier rouge, Cèdre de Lycie… Originaire du bassin de la Méditerranée, cet arbuste touffu appartient à la famille des Cupressacées qui comprend une vingtaine d’espèces. Il présente un feuillage écailleux ou épineux avec des feuilles courtes et d’un vert vif.

Le Genévrier de Lycie a une croissance moyenne et peut atteindre une hauteur de 8 mètres. Sa longévité est supérieure à 500 ans.

La plante porte de petits cônes arrondis qui mesurent environ 1cm. Ces derniers ont au début une couleur noire qui vire au vert rougeâtre par la suite. Les baies rouge-brun et brillantes ont souvent une teinte bleuâtre. La floraison se déroule de la fin de l’hiver au printemps (de février à avril) et les fruits arrivent à maturité l’année suivante en été. Le tronc se démarque par son écorce gris brunâtre. De plus, ses branches qui naissent et partent du pied du tronc. L’utilisation de l’arbrisseau est limitée en raison de sa toxicité. Les baies du Genévrier commun, du Genévrier nain et du Cade peuvent être mangées. Cependant, les baies et rameaux du Genévrier de Phénicie, du Genévrier sabine et du Genévrier thurifère sont toxiques.

Variétés du Genévrier de Phénicie

Il existe deux sous-espèces difficiles à distinguer :

  • Le Genévrier de mer ou Genévrier turbiné (Turbinata) ;
  • Le Genévrier rouge.

Les jeunes rameaux du Turbinata sont redressés. L’arbuste présente des fruits un peu plus gros que ceux du Genévrier de Lycie. Il s’adapte à tout type de sols, ses besoins en eau étant faibles. Mais, il affectionne les terrains du littoral méditerranéen. Il peut aussi pousser loin du trait de côte. L’arbuste peut mesurer 4 mètres de haut sur 2 mètres de large. Rustique et robuste, il préfère le plein soleil, mais peut résister à des températures allant jusqu’à -28 degrés Celsius. Son feuillage touffu est idéal pour les haies champêtres, les jardins et les massifs arbustifs.

Quant au Genévrier rouge, il a plusieurs origines (Sud de l’Europe, Afrique du Nord jusqu’à l’Arabie Saoudite). C’est un arbuste de forme conique qui possède des feuilles écailleuses. Il peut atteindre une hauteur de 3 mètres. Comme le Genévrier de mer, il s’adapte à tous les types de sols et de conditions de culture. Il pousse bien dans les endroits chauds et ensoleillés. L’arbuste a une croissance lente et vit dans les broussailles, les plaines et montagnes, jusqu’à 1 800 mètres d’altitude. Les fleurs donnent des fruits globuleux rouge foncé, de 8 à 10 mm.

Utilité du Genévrier de Phénicie

Depuis l’Antiquité, et dans la tradition populaire, le Genévrier de Phénicie est considéré comme une plante qui peut repousser les esprits mauvais. Contrairement à d’autres espèces de sa famille, le Cèdre de Lycie n’est pas comestible. L’arbuste est toxique et dégage une odeur repoussante. Ce qui limite son utilisation. Cependant, c’est une plante médicinale qui traite la colique et autre gastrite. Ses baies sont utilisées pour les problèmes de rétention urinaire. On s’en sert aussi dans la fabrication d’eau-de-vie. Le Genévrier de Phénicie est le symbole végétal d’El Hierro, une île d’Espagne située dans l’océan Atlantique.

Par ailleurs, dans certaines régions, le Cèdre de Lycie est utilisé comme :

  • Perche pour les constructions ;
  • Coffrage des puits.
  • Bois de feu.

Lorsqu’elles sont séchées et légèrement broyées, ses feuilles à écailles peuvent servir dans la fabrication d’un tabac à fumer. On peut également mélanger les feuilles du Genévrier aux feuilles d’un tabac local et aux feuilles de chanvre indien. Ces derniers doivent être séchés et broyés. Ce produit est prisé dans certaines régions de l’Algérie.

Culture du Genévrier de Phénicie

Le Genévrier de Phénicie ne craint pas la sécheresse et s’adapte à tous les types de sols. Ses besoins en eau sont faibles et il est idéal pour les jardins du fait de son feuillage touffu.

Le climat idéal pour le Genévrier de Phénicie

Le Genévrier de Phénicie se plaît dans les conditions difficiles, voire extrêmes. Il résiste aux conditions arides et semi-arides. Son nom latin « Juniperus » est issu du Celte « jeneprus » qui signifie rude ou âpre. Il aime le plein soleil et pousse aussi bien sur le littoral que sur des sites ventés. L’arbuste peut résister à des températures allant jusqu’à -28 °C. Pour cela, il a réussi à développer des stratégies qui lui permettent de survivre dans un environnement très hostile. Il change de sexe en fonction de l’environnement et peut rester en vie même si la plupart de ses racines sont détruites.

Le sol recommandé pour la bonne croissance du Genévrier de Phénicie

Il se plaît dans les lieux rocailleux, pierreux, et pauvres en eau. Il s’adapte aussi aux sols calcaires.

En somme, l’arbuste tolère une grande diversité de sols, mais fait défaut sur les sols profonds. Très présent en Afrique du Nord, il pousse sur les dunes littorales. D’anciens auteurs avaient fait de cette plante le symbole de l’aridité.

L’emplacement du Genévrier de Phénicie

Le Genévrier de Phénicie aime le soleil et la mi-ombre. Du fait de ces caractéristiques, il peut survivre dans des environnements hostiles. Son feuillage touffu lui assure une place dans le jardin et dans les massifs arbustifs.

Multiplication du Genévrier de Phénicie

 

La plantation du Genévrier de Phénicie s’effectue en début d’automne ou au printemps. Si l’emplacement se trouve dans le jardin, la zone de culture doit être ensoleillée ou mi ombragée. Au début, il faudrait penser à drainer le sol. La multiplication peut se faire par :

  • Semis de graines fraîches ;
  • Bouturage à talon ;
  • Marcottage.

La technique du semis permet de multiplier une plante. Elle est facile à réaliser et économique. Le semis peut se faire en pleine terre ou en pot. Cette technique exige d’avoir de bonnes graines qui sont fraîches afin de faciliter la germination. Il est toujours important de privilégier des fruits bio pour avoir de bonnes graines et par conséquent des arbustes de qualité. Les produits améliorés ou congelés doivent au maximum être évités. Les baies contiennent en moyenne 6 à 9 graines. La germination est très longue (souvent près de 3 ans) et difficile en raison de la présence d’un tégument imperméable et des phénomènes de dormance. La procédure suit les étapes suivantes :

  • L’immersion des graines dans l’acide sulfurique concentré pendant 15 minutes ;
  • La stratification des graines au froid pendant 30 jours ;
  • Le traitement à l’eau chaude à 100°C pendant 1 et 5 minutes.

Après avoir semé, on alimente ensuite la semence en eau. Cette méthode donne de bons résultats, mais l’origine géographique de la plante (fruits) est aussi un facteur à prendre en compte. Par exemple, les graines du Genévrier de mer ne supportent pas une durée de stratification de plus de 30 jours.

Pour le bouturage, il est conseillé de le faire en été, dans la matinée, afin d’éviter une trop forte exposition au soleil.

L’extrémité des boutures doit être trempée dans de l’hormone de bouture. On les plante ensuite dans un mélange de sable et de tourbe. On prend soin d’arroser jusqu’à l’apparition des jeunes pousses.

Le marcottage reste aussi une technique simple et économique. On oblige la racine à se développer sur la partie aérienne de l’arbuste. La technique permet ainsi d’obtenir un clone parfaitement identique au pied mère. Elle est idéale pour les plantes comme le Genévrier de Phénicie qui sont difficiles à bouturer.

Le prix d’un Genévrier de Phénicie

Le prix de cet arbuste est d’environ 5 euros, pour les jeunes plants, sur les sites spécialisés. Un Genévrier de Phénicie d’une hauteur de 160 à 180 cm, vendu dans un container standard de 160 L, coûte environ 130 euros.

Entretien du Genévrier de Phénicie

Les jeunes pousses ont surtout besoin d’un entretien presque régulier pour se développer normalement. À l’âge adulte, l’entretien se réduit, puisque la plante est robuste.

L’alimentation en eau du Genévrier de Phénicie

Pour les jeunes pousses, les apports d’eau sont indispensables pour la survie. Il faut arroser hors période de gel pendant les deux premières années et couvrir de paille en hiver. Il faut cependant éviter le trop-plein d’eau.

Le développement de l’avocatier

Après la germination, les jeunes pousses portent des feuilles aciculaires, ce qui permet de les distinguer facilement. Les feuilles adultes squamiformes (en forme d’écailles) apparaissent environ une dizaine d’années après.

L’arbuste a une croissance lente, mais sa longévité reste impressionnante : elle peut aller au-delà de 500 ans. Un bon entretien peut lui permettre d’atteindre sa taille maximum, soit 8 mètres de hauteur. Il est recommandé de faire des apports d’engrais pendant les 3 à 4 premières années, chaque printemps. Les gelées intenses et longues peuvent affecter la plante. On prendra alors soin de la recouvrir d’un voile protecteur. Pour des raisons d’esthétique et aussi pour limiter le développement de la plante, on peut la tailler. Pour une plantation isolée, il est préférable de faire la taille en juillet. L’opération peut être pratiquée deux fois (juin et septembre) s’il s’agit d’une haie. Pour ne pas nuire à la plante, il faut éviter de toucher la cime et les branches de plus de deux ans. Seules les extrémités des jeunes pousses sont concernées par la taille. Cependant, l’on pourra enlever les bois et feuillages morts ainsi que les branches cassées.

Fructification du Genévrier de Phénicie

Pour que la plante produise des fruits, la pollinisation reste incontournable. Le Genévrier de Phénicie est une espèce monoïque. C’est-à-dire qu’elle est une plante à fleurs unisexuées. Les mâles et femelles sont séparés, à des endroits différents d’un même pied. Les fleurs mâles, de 3 à 5 mm de diamètre, sont ovoïdes et portent des sacs de pollens. Quant aux fleurs femelles, elles sont groupées dans des cônes contenant les ovules. Le Genévrier de Phénicie est une plante anémogame : le transport du pollen se fait par le vent. La floraison se déroule de la fin de l’hiver au printemps (de février à avril) et les fruits arrivent à maturité l’année suivante en été. Les baies arrivent à maturité l’année suivante en été. Elles sont généralement brillantes et ont une couleur rouge-brun. Elles atteignent 12 mm de diamètre.

Protection du Genévrier de Phénicie

Rustique, le Genévrier de Phénicie est aussi robuste et se plaît dans une grande variété de sols. Cependant, la plante peut subir des attaques de parasites qui vont entraver son développement. Certaines maladies peuvent également l’attaquer et nuire à son bien-être.

Maladies du Genévrier de Phénicie

On distingue deux maladies courantes :

  • Le pourridié ;
  • La rouille.

Le pourridié ou armillaire est une maladie causée par champion qui est présent dans le sol. Dans un sol trop humide et mal drainé, il se développe au contact du bois mort. Grâce à des filaments, il est capable de s’enrouler autour des racines et de les faire pourrir. Dès que la racine est atteinte, il s’attaque ensuite à l’arbuste en s’insérant entre l’écorce et le bois. La plante meurt au final. La croissance lente et la présence de champignons sous l’écorce sont entre autres des indicateurs fiables. Pour éliminer le champignon, il faut enlever les parties atteintes et les brûler. Il faut aussi prendre soin de retirer la terre malade sur une profondeur de 50 cm.

Quant à la rouille, elle est aussi causée par un champion qui provoque des pustules à partir du printemps et en été. On observe aussi d’autres signes :

  • Un ensemble de tâches qui recouvrent les deux côtés du feuillage ;
  • Un dessèchement des feuilles ;
  • Une chute des feuilles.

Les actions préventives consistent entre autres à bien nourrir les plantes pour augmenter leur résistance. Il faudra aussi bien prendre soin de bien surveiller ses cultures afin de vite détecter l’apparition des premiers symptômes.

Deux champignons appelés Phomopsis juniperovora et Kabatina juniperi peuvent aussi s’attaquer à l’arbuste et causer son dépérissement.

Ces champignons créent d’abord de petites lésions qui se transforment en minuscules taches jaunâtres. Les jeunes pousses étant particulièrement vulnérables à ces champignons, elles flétrissent et deviennent brun rouge. Au final, elles finissent par devenir grises. Aucun fongicide n’est pour le moment totalement efficace. Pour combattre ces champignons, il faut maintenir le sol fertile. On peut aussi retirer et brûler les branches atteintes.

Parasites du Genévrier de Phénicie

Plusieurs parasites peuvent nuire au Genévrier de Phénicie.

  • Les cochenilles ;
  • Les araignées rouges.

Les cochenilles sont aussi des insectes qui s’agrippent aux revers des feuilles et tiges. Elles sont difficiles à détecter. Elles sont fréquentes sur la plante et agissent comme des punaises. C’est-à-dire qu’elles se nourrissent de sa sève, affaiblissent l’arbuste et favorisent l’apparition d’un champignon noir. Pour les combattre, on peut utiliser des insecticides spécifiques ou un chiffon trempé dans l’alcool. Le savon de potasse est aussi conseillé pour se débarrasser de ces nuisibles.

Lorsque les araignées rouges attaquent l’arbuste, elles sucent sa sève. Celui-ci se dessèche. Des points jaunes apparaissent sur les feuilles qui peuvent se flétrir, laissant apparaître de petits trous. Comment les combattre ? En prévention, il faut arroser le feuillage, car les araignées rouges n’apprécient pas les milieux humides. On peut également introduire dans le milieu de culture sur les plantes des Phytoseiulus persimilis. Ces derniers sont des prédateurs naturels de l’araignée rouge. Si la plante est déjà infestée, il est conseillé d’éliminer les feuilles touchées et de les brûler loin de l’arbuste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here