cones de tsugahouppier du tsuga

Tsuga, pruche du canada,( Tsuga canadensis ) Pinacées.

On me nome aussi pruche au Québec, ou sapinette, les anglais me surnomment "Hemlock" en d'autres termes ciguë, car le froissement de mes épines dégage une odeur acre. Mon genre est tsuga et ma famille celle des pinacées. Je suis planté dans les jardins et les parcs comme arbre d'ornement, parfois même dans les haies car je supporte très bien d'être taillé. Mon aspect élancé et mes branches pendantes en sont la raison. Je ne suis pas un sapin même si on m'appelle parfois sapinette du Canada.

Histoire :

Endémique (tsuga canadensis) de l'Amérique du nord car je ne supporte pas la chaleur, je pousse entre 800/1600 mètres d'altitude, dans les immenses forêts clairsemées de Roshrock, bald eagle, Moshannon, loyalsock...en Pennsylvanie, dont je suis l'emblême et le Canada. d'autres variétés poussent dans des climats plus doux comme celui de la Caroline du nord.

Description :

Je suis un grand et bel arbre bien aux rameaux déséquilibrés. Ma pousse monopodiale en est la raison, mes rameaux au sommet de mon houppier donnent de jeunes pousses et mon tronc grandit en conséquence. J'aurais un bel aspect pyramidal.

 - Stature :branches et feuilles du tsuga

 Mon port  est érigé, fin et allongé assez irrégulier et mon tronc gris se fissure avec l'age pour donner des rides, donnant cette impression de veines à la couleur coquille d'oeuf qui s'amuse avec les soleils d'hiver et d'été. J'ai la particularité d'avoir des branches immenses parfois longues de 15 mètres à maturité elles ont tendances à plier vers le bas avant de chercher de nouveau la lumière. Je suis un arbre monopodial et mes rameaux poussent à l'extrêmité de ma couronne (uniquement) et pour compenser mon tronc grandit en conséquence des pousses de l'année.

 - Longévité :

 Dans mon pays d'origine l'Amérique du nord, je pousse en immenses forêts protectrices ainsi ma moyenne d'age a été calculée à 550 années en moyenne. Dans des conditions de cultures optimales en dehors de mes zones d'origines réduisez mes prétentions de moitié.

 - Branches et feuilles :

Mes très longs rameaux eliptiques sont de couleur  kaki ou auburn. Mes feuilles persistantes sont des aiguilles applaties d'une quinzaine de millimètres, d'un vert tendre qui devient plus soutenu la seconde année.

 - Racines :

Comme beaucoup de conifères ma racine pivot, sera fortement aidée par des racines traçantes disposées en couronne. ces racines traçantes développent un reseau chevelu très dense. Quand ce système racinaire est bien mit en place, ma racine pivot meurt et se délite en fournissant une nourriture que vous imaginez excellente pour ma pérennité.

 - Fleurs et organes sexuels :

fruits cônes du tsugaJe donne un floraison en forme de chatons pour les fleurs mâles  porteur du pollen qui sera disséminé à chaque bourrasque , j'ai donc une fécondation anémophile. Mes fleurs femelles sont en écailles terminales. Ces dernières ouvertes avant fécondation portent les graines de ma future germination. Quand elles sont fécondées mes cônes ligneux se referment et protègent la maturation. Dans 2 ans ce cône tombera puis s'ouvrira pour donner cet aléatoire transmission.

Plantation :sommaire

J'aime la fraicheur et l'humidité. Vous ne serez donc pas étonnés de me voir supporter des hivers et des gelés jusqu'à-30°. En arbre isolé ou en haie qu'importe je supporte les deux, mais n'oubliez jamais que j'apprécie la lumière.

 - Nature du sol et exposition :

Je pousse dans mon pays d'origine en arbre isolé ou en petit nombre, la lumière m'est donc nécessaire. Dans des combes et des ravins ou stagne l'humidité. Je n'apprécie pas le calcaire, par contre un sol riche et bien drainé est parfait. Je suis réservé aux jardins humides, ou frais, et plutôt dans des jardins de grande taille.

 - Taille :tsuga de 4 ans

Je suis un grand arbre, dans mon pays d'origine je mesure facilement 60 mètres de haut exporté entre 20 et 40 mètres. mais je le fais lentement  à 10 ans je mesure 8/10 mètres de hauteur.

 - Entretien :

Aucun.

 - Arrosage : 

Aucun

 - Multiplication :

Par semi, ou bouturage.

 - Maladies :

 Deperissement du conifère, Les premiers signes d'apparition de la maladie passent souvent inaperçus : de tout petits rameaux, de quelques centimètres seulement, se dessèchent çà et là.C'est un champignon qui cause le dépérissement du conifère, Les haies taillées sont beaucoup plus sensibles à la maladie que les autres.

Pouridié, malheureusement, le symptôme principal de la présence du pourridié est la mort subite de la plante, Il est difficile de soigner une plante atteinte, ne serait-ce que parce qu'il est souvent trop tard lorsqu'on s'aperçoit. maison peux l'éviter, dans un sol bien travaillé, où l'air pénètre en profondeur et où l'eau ne stagne pas pendant l'hiver, les chances d'attaque sont moindres.

Utilisation :sommaire

 Je suis très solide, mais de piètre qualité car mon bois est fibreux,  ainsi, je ne suis utilisé que dans la fabrication de cagots ou de piquets.

 - Propriétés médicinales :

 Ma résine a servie à soigner le scorbut. Riche en monoterpènes, sesquiterpènes, piperitone camphré, alpha, pinène, camphène... me confère depuis que l'homme et l'animale ont fait le lien entre des symptomes de leur maladie et l'absorbtion des plantes qui soignent. Aujourd'hui validé par des études cliniques et reconnues par la commission "E"  il en ressort des principes chimiques aux propriétés antivirales et anti-infectueuses particulièrement actif sur la sphère respiratoire haute. Aussi on m'utilise pour désincfecter le sang , les outils médicaux, les chambres d'hopitaux, là ou les produits chimiques n'ont plus d'effet notoires.

Mon écorce est riche en tanins.

 - En cuisine :

Mes jeunes pouses peuvent être, incorporées dans les plats de printemps. Salades crues ou plats cuits et dans ce cas mettez mes pousses au dernier moment pour qu'elles restent croquantes.

 - Les dérivés :

La fibre de mon bois est utilisée pour fabriquer du papier.

Espèces et variétés :sommaire

Tsuga canadensis (Pruche du Canada)
Tsuga caroliniana (Pruche de la Caroline)
Tsuga chinensis (Pruche de Chine)
Tsuga diversifolia (Pruche du Japon)
Tsuga dumosa (Pruche de l'Himalaya)
Tsuga forrestii (Pruche de Forrest)
Tsuga heterophylla (Pruche ou Hemlock de l’Ouest)
Tsuga mertensiana (Pruche subalpine)
Tsuga sieboldii (Pruche de Siebold)

D'autres articles en relation :sommaire

Les conifères pour petits et grands jardins

Les haies de conifères

Photos :sommaire

taille des cônes de tsugatsuga pleureurtsuga sous la neige

 

Références et bibliographies :sommaire

 

Les conifères
20 mars 2003
de Christian Guilleaume ED. DE BOECKA L'attention des enseignants, des animateurs, des parents. Conifères ou résineux ? Attention, à chacun son nom ! Petite histoire des conifères

Les arbres Relié – 31 août 1992
de H. (Herbert) Edlin (Auteur), M. (Maurice) Nimmo (Auteur)
 Guide Ecologique des Arbres
558 pages - Comment entretenir ses arbres
Auteurs : Elisabeth et Jérôme JULLIEN
Edition : Eyrollestrouver des informations pour traiter un arbre, savoir comment le maintenir en bonne santé
 L'Encyclopédie Mondiale des Arbres
256 pages - Description sommaire des arbres, introduction complète, petit glossaire
Auteurs : Tony RUSSELL et Catherine CUTLER
Edition : Hachette Une très grande introduction sur les arbres, de leur répartition par type d'environnement
Reconnaître Facilement Les Arbres
384 pages - glossaire, découverte pédagogique
Auteurs : Bernard FISCHESSER
Edition : Delachaux et Niestlé meilleurs livres pour découvrir le monde des arbres. Ce livre aborde tous les sujets, de l'entretien à la reconnaissance, en passant par l'histoire, ou encore les arbres célèbres.
 Reconnaître les Arbres Sans Peine
280 pages - glossaire, classement par type
Auteurs : Keith RUSHFORTH
Edition : Nathan  n'est donc pas organisé par famille ou genre, mais par ressemblance. C'est l'un des seuls qui soit de la sorte.

Citations et symboliques:sommaire

 

CONIFERES : Est le symbole de l’éternité et véhicule une notion toute  particulière de la Lumière par la résine dont on enduisait les flambeaux,  ils symbolises la vie.

Dans les églises quand un flambeau était retourné,  il notait le décès d'une personnes chère, et le désir de le voir renaitre à l' Immortalité = vie après la mort  (éternel parce que toujours vert).

 

 

bouton retour

 

Joomla SEF URLs by Artio