La viorne tin est l’un des arbustes à fleurs les plus appréciés des botanistes. Elle a construit sa réputation autour de son caractère principalement ornemental. Ses atouts décoratifs ainsi que les qualités odorantes de ses fleurs ont également contribué à l’accroissement de sa popularité. Que ce soit pour l’origine, le biotope, le prix, la plantation ou encore l’entretien de la viorne, découvrez dans ce guide un gros plan sur cette espèce végétale aux multiples avantages.

À la découverte de la viorne tin

La viorne tin (Laurier tin) est une espèce végétale dont le nom scientifique est Viburnum tinus. Appartenant actuellement à la famille des Adoxacées, cette plante du genre Viburnum était autrefois classée parmi les Caprifoliacées. Le genre de la viorne draine plus de 200 différentes espèces de plantes. On peut alors se demander comment distinguer la viorne tin parmi cette multitude.

Comment reconnaître la viorne tin ?

La viorne tin est un arbuste à floraison hivernale. Sa taille ne dépasse pas généralement les 3 m. Il en est de même pour sa largeur. Cependant, certains spécimens peuvent atteindre les 4 m de hauteur. Il s’agit d’un arbuste à croissance touffue qui s’utilise comme plante de haie. Arbuste facile à faire grandir, il dispose d’un feuillage persistant de couleur vert sombre. Les autres caractéristiques des feuilles de cette plante se présentent comme suit :

  • Une forme ovale ;
  • Une résistance hors du commun ;
  • Une apparence lustrée ;
  • Un revers rugueux.

Il est constitué de rameaux assez souples et robustes qui lui attribuent une allure arrondie. Son écorce de couleur marron grisâtre est souvent couverte de petits points foncés. Ce sont des lenticelles qui favorisent la respiration des tissus sous-jacents. Quant aux fleurs, elles forment généralement de petits groupements bombés et denses. Petite, chacune d’elles présente souvent 5 lobes ovales de couleur blanche ou légèrement rosée. On note cependant que les boutons floraux sont de couleur rose.

Répartition de l’arbuste

Les viornes tin sont originaires du bassin méditerranéen. On les retrouve donc dans les endroits suivants :

  • L’Afrique du Nord ;
  • Le Proche-Orient ;
  • L’Europe méridionale ;
  • Les îles Canaries ;
  • Les Açores…

En France, on retrouve cet arbuste dans les bois de feuillus, les maquis, les chênaies ainsi que les garrigues du Midi. On le retrouve également hors de son biotope, notamment dans les jardins où il est cultivé pour son aspect décoratif et la fragrance de ses fleurs.

Variétés et sous-espèces du Laurier tin

La Viburnum tinus fut décrit pour la première fois en 1753 par le naturaliste suédois Carl von Linné. Dans l’ensemble des sous-espèces et des variétés du Laurier tin, on distingue :

  • Viburnum tinus Variegatum (feuillage panaché) ;
  • Viburnum tinus Compactum (taille réduite et port compact) ;
  • Viburnum tinus bewley’s variegated (feuillage brillant et vert pâle) ;
  • Viburnum tinus Gwenlian (fleurs blanc rosé et fruits noirs) ;
  • Viburnum tinus Eve Price (port compact et boutons floraux roses) ;
  • Viburnum tinus Macrophylla (grandes feuilles) ;
  • Viburnum tinus Purpureum (feuilles de couleur pourpre).

Les utilisations de la viorne Tin

Comme expliqué précédemment, le Laurier tin est avant tout cultivé pour ses atouts esthétiques. On l’utilise souvent dans les jardins au bord de la mer ou dans les jardins au climat doux en tant que sujet isolé. Cependant, il est également utilisé pour obtenir :

  • Des massifs arbustifs ;
  • Des haies libres fleuries ;
  • Des haies champêtres ;
  • Des haies paysagères ;
  • Des potées.

Outre le feuillage persistant et l’aspect ornemental des fleurs de la viorne tin, les feuilles de cet arbuste sont domatiées. Autrement dit, ils peuvent abriter des acariens ainsi que des phytoséidés prédateurs d’autres acariens des vergers. En outre, la floraison hivernale de cette plante est d’un attrait incommensurable pour bon nombre d’amateurs.

La période de floraison s’étend de novembre jusqu’à avril. Les fleurs parfumées qui apparaissent en cette période de morosité viennent égayer les jardins.

De plus, ces fleurs sont fort prisées dans la fabrication des parfums notamment à cause de leur arôme qui mélange une odeur de vanille et de miel. Après leur transformation, on obtient des baies de couleur bleu-noir que les oiseaux adorent gober. Cependant, il faut noter que les fruits du Laurier tin n’ont aucun intérêt alimentaire pour l’homme. De même, lorsqu’elles ne sont pas encore mûres, leur consommation peut entraîner des troubles digestifs sévères.

Les conditions idéales pour cultiver le Laurier tin

Pour son bon développement, il est important de prendre certaines précautions lors de la culture du Laurier tin. La région d’implantation, l’emplacement, ainsi que l’exposition de la plante sont autant de critères qu’il faut passer en revue.

Dans quelle région peut-on cultiver le Laurier tin ?

Le Laurier tin est un arbuste très rustique. Il pousse spontanément au sud de la France.

La viorne tin supporte les températures douces, mais elle s’adapte aussi au gel et peut résister jusqu’à -10 °C voire -15 °C.

Si vous résidez dans une région où l’hiver est souvent rude, il est conseillé de choisir un emplacement très bien abrité et ensoleillé pour cultiver votre plante. Il est donc possible de le planter dans les régions plus au nord comme l’Île-de-France. Cependant, notez qu’il présentera une floraison plus abondante sous un climat doux. L’arbuste est par ailleurs résistant à la pollution atmosphérique. Ainsi, on peut le planter en pleine ville et même au bord des voies.

Quel type de sol est-il adapté à cet arbuste ?

Le Laurier tin est un arbuste qui n’a pas d’exigences particulières. Il supporte très bien la sécheresse et s’adapte à divers types de sol. On peut même le cultiver sur des terres lourdes ou encore calcaires. Néanmoins, on préférera un sol filtrant, neutre, riche et frais.

Exposition idéale pour planter la viorne tin

La viorne tin est une plante qui résiste convenablement aux embruns et aux vents. Cependant, il faudra éviter de l’exposer à l’est. En effet, les rayons de soleil peuvent facilement brûler les fleurs et même les jeunes pousses. Puisque la plante a une préférence pour les endroits ombragés, vous pouvez la cultiver en sous-bois par exemple.

La plantation de la viorne tin

La viorne tin peut être plantée durant plusieurs saisons de l’année en fonction des conditions climatiques de votre milieu. Le printemps est la période la plus visée pour sa plantation. Cependant, vous pouvez bien la mettre sous terre en automne. La viorne tin se plante comme tout autre arbuste. On peut la cultiver en pleine terre ou en bac. Cette deuxième option est néanmoins la plus répandue. Dans tous les cas, vous n’avez pas besoin d’effectuer un apport lors de la mise sous terre. Il est simplement conseillé de pailler le pied des arbustes pendant les premiers hivers. Cela permet de maintenir l’humidité autour de la plante.

Pour planter l’arbuste dans une haie ou dans un massif, il est impératif de respecter certaines mesures afin que la plante puisse se développer normalement. Il faudra concrètement observer un écart de 0,8 m entre les pieds dans une haie. Pour un massif, l’écart recommandé est de 1,5 à 2 m en fonction de la taille adulte de la plante.

Lorsque vous optez pour une plantation en pot sur un balcon ou sur la terrasse, il faudra choisir une jardinière en moyenne profonde de 0,4 m. Vous pouvez remplir le contenant avec un mélange de sable et de terreau. Quant à l’espacement entre les pieds, il faudra observer un écart minimum de 0,6 m.

La multiplication du Laurier tin

Pour rendre votre jardin plus gai, vous pouvez opter pour la mise en place d’une plantation de Laurier tin. Pour ce faire, vous avez le choix entre acheter les jeunes plantes et procéder à la plantation ou effectuer la multiplication par vos propres soins. Il existe plusieurs techniques pour multiplier la viorne tin. Il s’agit principalement de :

  • La multiplication par semis ;
  • La multiplication par bouturage ;
  • La multiplication par séparation des rejets ;
  • La multiplication par marcottage.

La multiplication par bouturage

Parmi les méthodes de multiplication du Laurier tin citées, le bouturage est la plus en vogue. En effet, la technique est facile et rapide à mettre en œuvre. Concrètement, il faut commencer l’opération en fin d’été par le prélèvement des boutures au niveau des tiges semi-aoûtées qui n’ont pas fleuri. Il faudra ensuite éliminer les feuilles des étages inférieurs et conserver celles de l’étage le plus haut.

Avant de piquer vos boutures ainsi obtenues dans du terreau spécialisé pour le bouturage, vous pouvez tremper la base de ces dernières dans de l’hormone de bouturage.

L’hormone de bouturage accroît les chances de reprise de la bouture. Il faudra enfin mettre vos plantes à la lumière tout en évitant les rayons directs du soleil. On n’oubliera pas par ailleurs de maintenir le substrat moyennement humide.

Le marcottage

De façon simple, le marcottage consiste à l’enterrement d’une branche de la plante mère dans le but de faire pousser une autre. Pour réussir une telle opération avec la viorne tin, il est recommandé d’utiliser une branche aoûtée. Il faut travailler le substrat dans lequel la branche sera enterrée de sorte qu’il soit humide et de qualité. La période recommandée pour effectuer le marcottage est le mois d’août. Pour la mise en œuvre de la technique, il faut avant tout enlever les feuilles se trouvant sur la partie de la tige à enterrer puis enfouir la branche sur environ 5 cm de profondeur. On pourra utiliser un tuteur pour maintenir la partie extérieure le plus droit possible. Avec des arrosages réguliers, la tige enfouie prendra vite racine et sera bonne à couper dès le printemps suivant afin d’être réutilisée pour un marcottage à un autre endroit.

Le prix de la viorne tin

À l’instar de la majorité des plantes à fleurs, il est possible d’acquérir la viorne tin à partir d’un site internet dédié. En fonction des sites, vous aurez accès à une large sélection de plantes. Il vous sera ainsi facile de dénicher l’arbuste qui vous convient. Quant au prix, on note qu’il est fort variable selon les critères suivants :

  • La taille de la plante ;
  • Le volume du pot ;
  • La variété de l’arbuste ;
  • La quantité commandée…

En raison de tous ces facteurs, il est difficile de donner le tarif exact d’acquisition d’une viorne tin. Cependant, notez que le prix de cette plante peut varier de que quelques euros à plusieurs dizaines d’euros selon vos exigences.

L’entretien de la viorne tin

Facile à cultiver, la viorne tin ne nécessite pas un grand entretien. Néanmoins, il faut rester à cheval sur certains détails pour voir sa plante grandir et fleurir dans de bonnes conditions. L’arrosage et la lutte contre les maladies et les nuisibles en sont quelques exemples.

Arrosage de la viorne tin

C’est une évidence que la viorne tin est une plante solide qui n’exige pas un grand arrosage. Cependant, il est conseillé d’effectuer un arrosage régulier notamment en été sur les deux premières années après la plantation. À partir du printemps jusqu’à l’automne, un arrosage effectué deux fois par semaine sera bénéfique pour la plante. Vous pouvez par ailleurs procéder à des arrosages occasionnels pendant les fortes chaleurs et en temps de sécheresse afin de maintenir la fraîcheur du sol. Il n’est pas interdit d’apporter un engrais retard à votre plante si vous remarquez que malgré vos arrosages, elle ne se développe pas suffisamment.

La taille du Laurier tin

Tailler son Laurier tin n’est pas une obligation, si l’emplacement de ce dernier est propice à son développement. Cependant, lorsqu’il est planté en pot ou en haie, vous pouvez le réduire à volonté.

Vous avez le choix entre effectuer la coupe avant la fin de la floraison ou après la fructification.

Lorsque vous effectuez une taille bisannuelle, vous pourrez obtenir une densification hors pair du feuillage de votre plante. Cette taille régulière aide également à redonner à l’arbuste la vigueur dont il a besoin pour une floraison abondante.

Dans un massif, il faudra viser les vieux rameaux qui ne performent plus en termes de floraison ainsi que ceux qui ont tendance à déséquilibrer la silhouette de la plante. En coupant juste au-dessus d’une ramification, de petites autres ramifications apparaîtront pour densifier le feuillage. Vous devez également procéder à la suppression au sécateur de toutes les vieilles tiges qui garnissent l’arbuste depuis sa base jusqu’à son feuillage.

Les nuisibles et les maladies de la viorne tin

Lorsque les conditions de culture sont bien respectées, la viorne tin résiste très bien aux parasites et aux maladies. Si vous avez effectué votre plantation dans un sol à forte humidité, la plante peut être la cible de maladies cryptogamiques (maladie causée par un champion microscopique). A contrario, lorsque l’arbuste évolue dans un environnement trop sec, il peut faire l’objet d’une invasion d’araignées rouges. Dans ce cas, vous pouvez utiliser des jets d’eau pour doucher la plante notamment au niveau du feuillage. Si cette solution n’est pas suffisante, vous pouvez opter pour une autre : la macération de feuille de tabac. Suivez les étapes suivantes pour obtenir cette solution naturelle :

  • Ajouter à un litre d’eau 50 g de tabac ;
  • Laisser le mélange macérer pendant deux semaines ;
  • Filtrer pour recueillir la macération ;
  • Diluer chaque litre d’infusion dans 10 litres d’eau avant de passer au traitement des arbustes envahis.

On retient de ce guide que la viorne tin (Laurier tin) est un arbuste à fleurs principalement cultivé pour ses atouts décoratifs. Plante résistante, elle ne nécessite pas de grand soin. Néanmoins, il faut l’entretenir convenablement et respecter certaines conditions de culture pour espérer qu’il grandisse normalement dans le but de fournir un feuillage persistant et des fleurs envoûtantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here