Connaissez-vous cette fleur du nom d’échinacée pourpre (ou Echinacea Purpurea) qui sert d’ornement dans les allées ou bordures ? Il s’agit d’une belle vivace estivale aux fleurs de marguerite connue dans le monde pour ses nombreuses vertus. Cette plante médicinale très exceptionnelle provient des États unis et existe en plusieurs espèces. Elle est réputée pour guérir plusieurs affections dont on vous parlera dans le corps de notre article. Mais avant, nous vous parlerons de sa culture et de son entretien.

Échinacée pourpre : présentation

L’échinacée pourpre a pour dénomination latine Rudbeckia purpurea ou Echinacea purpurea. En ce qui concerne la petite histoire de ses différentes appellations qu’on lui connait aujourd’hui, la plante fut premièrement nommée Rudbeckia purpurea par Linné en 1753 dans son ouvrage Species plantarum. Ensuite, ce fut Conrad Moench qui la reclassa en 1974 dans un nouveau genre et l’appela Echinacea purpurea. Depuis, ces deux appellations ont été conservées, bien que ce soit le deuxième nom qui est le plus utilisé.

Étymologiquement, l’échinacée est formée du grec ancien « ekhinos » qui signifie « oursin, hérisson », allusion faite à l’aspect épineux du cône central. L’adjectif « purpurea » vient du latin purpura « [couleur] pourpre ». Cette plante fait partie de la famille des Astéracées. Il s’agit d’une plante herbacée vivace aux fleurs colorées. Elle peut avoir une hauteur de 120 cm, voire plus quand elle est adulte. Elle est constituée de tiges dressées, dures, rêches, se terminant par un capitule solitaire. Elle a un mécanisme d’enracinement très développé qui lui permet de bien se fixer dans la terre. Un pétiole pouvant mesurer entre 0 à 17 cm porte son feuillage. Ses feuilles ont en effet une forme ovale lancéolée, et sont de couleur vert sombre. Elles sont alternes et caduques. L’échinacée pourpre est une plante pérenne. Ses fleurs ont une disposition particulière sur la tige. Elles se développent au centre et portent de nombreux petits fleurons tubulés de couleur jaune orangé. Ceux-ci sont entourés par de longues fleurs périphériques ligulées rouge pourpre à rose. Sa pollinisation est assurée par les bourdons, les papillons et les abeilles.

Échinacée pourpre : origine

L’échinacée pourpre est une plante endémique d’Amérique du Nord. Elle s’avère l’espèce d’Échinacée dont on se sert le plus en phytothérapie. Précisons que toutes les espèces d’Échinacée proviennent principalement d’Amérique du Nord. Depuis l’Antiquité, cette plante est utilisée par de nombreux peuples et plus particulièrement par les Indiens d’Amérique (Cheyennes, Sious, Comanches, etc.) et les Amérindiens de l’est des Montagnes Rocheuses à cause de ses propriétés médicales. Ils l’utilisaient pour soigner les infections respiratoires, les douleurs dentaires, les maux de gorge, et même pour traiter les morsures de serpents. Mais, notifions que l’échinacée pourpre n’était pas la seule espèce d’échinacée dont ces sociétés se servaient dans le temps. Elles faisaient usage également de l’échinacée Augustifolia ou de l’échinacée Pallida. Des chercheurs allemands et suisses ont réalisé beaucoup d’études sur cette plante et lui ont découvert de nombreux bienfaits. On retrouve d’ailleurs ces bienfaits dans des ouvrages qui datent des premiers Colombs. L’Échinacée est l’un des tout premiers antibiotiques naturels au monde. Mais, avec l’avènement des antibiotiques pharmaceutiques, son utilisation fut délaissée au profit de ces produits pharmaceutiques. De nos jours, beaucoup de médecins ont commencé déjà à s’y intéresser à cause des mutations des souches de bactéries qui résistent contre les antibiotiques. Outre ces propriétés médicales, l’échinacée pourpre est une très jolie fleur qui est aussi cultivée comme plante ornementale dans les zones tempérées.

Plantation et entretien de l’échinacée

On rencontre généralement l’échinacée pourpre dans les prairies, les landes et les boisés secs clairsemés. On la cultive également dans les jardins. Et vu qu’elle est pollinisée par les , nous vous conseillons fortement d’y installer un hôtel pour abeilles à proximité. En effet, c’est une belle herbacée mellifère et florifère qui attire assez d’abeilles. Et quand on connait le rôle de ces insectes dans l’écologie, on peut en tirer un grand avantage. L’échinacée pourpre se cultive hors gel et hors sécheresse. Le semis s’effectue au printemps dans un endroit chaud (18-20 °C) et est mis en place à l’automne. Cette espèce de plante s’adapte à tous les types de sols, à savoir les sols humifères, argileux, sableux et même caillouteux.

Au moment de sa plantation, il faut ajouter du compost à la terre et un peu de sable. Cela permet de bien drainer le sol. Les mois qui sont favorables à sa plantation sont avril, mai, septembre, octobre et novembre. Pour la planter, elle doit être enfouie dans le sol d’une profondeur allant de 30 à 40 cm. Il faut prévoir un espacement de 30 cm entre chaque plant. Sa plantation peut se faire sur le long des bordures, des allées ou des massifs. Aussi, elle peut se cultiver en plein soleil, mais elle est plus à l’aise dans un milieu un peu ombrageux. La floraison de cette belle fleur a lieu de juin en octobre. Pour prolonger la floraison, il faut procéder à la suppression des fleurs fanées. Son entretien est très facile et n’exige aucun soin particulier. Elle a une durée de vie exceptionnelle et peut rester au même endroit pendant plusieurs années. Robuste plante vivace d’été, elle résiste au froid, aux maladies et aux ravageurs. Elle ne supporte pas les sols trop humides. Mais, vous pouvez l’arroser pendant les périodes de sécheresse (en été). Il est conseillé également de mettre des pailles afin de conserver la fraîcheur à ses pieds tout en lui apportant du compost de temps en temps. Cela améliore sa floraison. Quant à la récolte, elle peut s’effectuer du mois d’aout en octobre.

L’échinacée pourpre est la fleur idéale pour confectionner de très beaux bouquets de fleurs qui se conservent longtemps en vase.

Les différents cultivars de l’échinacée pourpre

En fonction de leur taille ou de leur couleur, on distingue plusieurs espèces rustiques de cette plante qui peuvent être cultivées au jardin d’ornement.
  • L’échinacée pourpre du nom de « Cheyenne spirit » : c’est une nouvelle espèce à fleurs doubles. Sa couleur peut varier allant du jaune au rouge écarlate.
  • L’échinacée pourpre appelée « Baby Swan White » : elle est très petite (50 cm) et compacte. Ses fleurs sont de couleur blanche avec un disque central verdâtre et brun orangé.
  • L’échinacée pourpre appelée « Bright Rose » : ses fleurs sont de couleurs rose brillant.
  • L’échinacée pourpre du nom de « After Midnight » : elle a une taille assez petite et est dotée de fleurs aux longues ligules d’un pourpre magenta.
On trouve également un grand nombre de cultivars qui proviennent du croisement de l’Echinacea purpurea avec l’Echinacea paradoxa (Norton) Britton aux fleurs jaunes.

L’échinacée pourpre : Composition chimique

En ce qui concerne la composition de l’échinacée pourpre, il a été démontré qu’elle renferme de très nombreux composés bioactifs. On note :
  • des composés aliphatiques insaturés, notamment des alkylamides qui fonctionnent comme un renfort naturel et assurent une bonne circulation sanguine ;
  • des composés d’acides polyéniques qui sont responsables du goût amer qu’on ressent au cours de la cuisson de la plante et d’un certain picotement de la langue ;
  • des composés phénoliques dérivés de l’acide caféique ;
  • des alcaloïdes indolizidiniques, glycine betaine ;
  • des flavonoïdes : principalement du rutoside ;
  • des polysaccharides complexes, inuline, arabinorhamnogalactanes, heteroxylanes ;
  • des acides gras à longue chaine ;
  • de l’huile essentielle spécifique : constituée de bornéol, d’acétate de bornyl, de pentadeca-8- (Z) -en-2-one, de germacrène D, d’epoxide de caryophyllène.
Il faut noter que la racine et la plante entière (avec la racine) sont utilisées en phytothérapie.

 

Quelles sont les maladies que peut traiter l’échinacée pourpre ?

Comme nous l’avons si bien mentionné plus haut, l’échinacée pourpre est une plante aux multiples vertus thérapeutiques, et cela a été certifié par de nombreux médecins. Dans cette partie, nous allons essayer de vous renseigner sur les nombreuses maladies qu’elle peut guérir.
  • L’échinacée pourpre peut participer à la diminution de la gingivite.
  • Si vous souffrez des infections de voies respiratoires, cette plante est le traitement idéal.
  • Elle traite également les infections des voies urinaires.
  • Elle guérit les ulcères chroniques.
  • Elle est le remède pour traiter les plaies cutanées qui guérissent mal.
  • Elle permet la réduction des effets indésirables de la radiothérapie et de la chimiothérapie.
  • Elle calme les symptômes de l’anxiété et de la dépression.
  • Elle augmente la performance physique.
  • Elle calme les symptômes du rhume et peut diminuer légèrement le temps de guérison.
  • Elle peut être utilisée à titre préventif pour les infections des voies respiratoires supérieures (rhume, sinusite, laryngite).
  • Elle contribue à la diminution des infections vaginales à levures.
  • Elle constitue un bon calmant pour le mal de gorge.
  • Elle prévient la grippe (influenza) ou en diminue les symptômes.
Pour finir, cette belle plante ornementale favorise la stimulation du système immunitaire dans tout le corps. Elle permet la production de globules blancs. Elle protège les cellules saines et fait accroître les tissus sains tout en permettant à l’organisme d’éliminer les virus et bactéries. C’est donc une plante qui réveille et renforce le système défensif de l’être humain.

Utilisation et posologie de l’échinacée pourpre

Il est indiqué de consommer l’Echinacea deux à quatre fois par jour, et cela pendant une dizaine de jours. Sa prise peut se faire de différentes manières.

En infusion

Vous prenez 1 g de racines ou de parties aériennes que vous séchez. Vous faites l’infusion en le mettant dans une tasse d’eau bouillante. Vous pouvez boire jusqu’à six tasses.

En décoction

Vous faites bouillir, pendant une durée de 5 à 10 minutes, 1 g de racines d’échinacée dans 1 tasse d’eau. La solution obtenue sera bue trois fois par jour.

En capsule

Il faudra se fier aux indications de votre médecin.

En teinture mère

Vous prenez entre 3 ml à 4 ml, et cela 3 fois par jour pendant trois semaines. Il faudra la garder en bouche quelques secondes avant d’avaler.

En pommade

Elle est indiquée pour les problèmes cutanés. Mais, pour que son efficacité immunostimulante soit optimale, il faut deux conditions. Premièrement, sa prise doit se faire dès l’apparition des premiers signes infectieux. Secundo, il faut privilégier la prendre sous forme de teinture mère.

 

Précautions d’emploi et contre-indications

L’utilisation de l’échinacée n’est pas conseillée :
  • aux personnes qui souffrent de dysfonctionnements du système immunitaire ;
  • aux personnes allergiques aux astéracées ;
  • aux femmes enceintes ou aux nourrices.
En outre, sa prise ne doit pas se faire avec celle des stéroïdes ou des immunodépresseurs. Ne l’utilisez pas aussi sur une longue durée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here