Recouvrant 40 % de la forêt française, le chêne est un arbre très populaire dans l’hexagone. Dans de nombreuses traditions et particulièrement chez les Celtes, c’est un arbre sacré à qui est voué un grand respect. Depuis l’Antiquité, cet arbre aux multiples vertus sert à guérir de nombreuses maladies et a également beaucoup marqué l’histoire de nos paysages. Cet article se donne pour mission de vous faire découvrir cet arbre majestueux et sacré tout en vous montrant comment l’entretenir en vue d’une utilisation saine.

Présentation du chêne

Le chêne s’appelle « Quercus robur » dans la langue latine. Il symbolise la puissance et l’immortalité. Mais, il détient aussi d’autres noms vulgaires comme chêne blanc, chêne rouvre, châgne, drille ou chêne mâle. Il fait partie des plantes les plus connues et les plus majestueuses en Europe. De la famille des Fagacées, à l’instar de la châtaigne et du hêtre, le chêne existe sous plusieurs variétés d’espèces : vous retrouverez des espèces qui sont des arbres et d’autres qui sont des arbustes. Ainsi, des espèces comme le chêne sessile peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de haut, tandis que d’autres (le chêne kermès par exemple) demeurent des arbrisseaux. Les espèces de chênes qu’on retrouve généralement présentent plusieurs formes de feuilles. Il y a des chênes qui possèdent des feuilles caduques et d’autres qui disposent de feuilles persistantes avec un bord lobé, lissé ou denté. Son écorce présente un aspect fissuré. Au printemps et plus précisément en mai apparaissent ces fleurs qui sont unisexuées. Les fleurs mâles génèrent des chatons. Les femelles, quant à elles, se rassemblent sur les jeunes rameaux par binôme. Appelé « gland », le fruit du chêne est un akêne de couleur brun et se trouve dans une structure écailleuse appelée cupule. Le gland est un ovoïde qui peut mesurer entre 1 à 3 cm. Mais, une fois que le gland est complètement muri, il tombe en se séparant de la cupule. Le tronc d’un vieux chêne peut avoir jusqu’à 2 m de diamètre.

Les différents types de chêne : caractéristiques et culture

Le saviez-vous ? Le chêne existe sous plus de 550 espèces. Cette grande diversité explique pourquoi cette essence est considérée comme l’arbre le plus commun au monde. Il est présent sur presque tous les continents (Europe, Asie, Amérique, etc.). En France, cette essence de bois occupe une grande partie de la forêt existante. Les espèces de chênes qui sont des arbres ont besoin d’un grand espace pour bien se développer et pour étendre leur ramure imposante. Toutefois, les arbrisseaux de chênes ne nécessitent pas beaucoup d’espace. Il est donc capital de prendre en compte l’espèce dans le choix du chêne que vous voulez planter dans votre jardin. C’est un choix qui se fait principalement en fonction de la superficie de votre jardin. Nous vous donnons les caractéristiques de quelques espèces de cet arbre afin de vous permettre de faire un bon choix. Nous les catégoriserons en deux grandes parties.

Grands chênes pour grands espaces

  • Le chêne pédonculé ou chêne commun : très grand, il peut mesurer 25 à 30 m de hauteur avec 20 m d’envergure. Pour se développer, il a besoin d’un sol profond et neutre qui jouit d’une bonne fraîcheur. Le chêne pédonculé a horreur de la sécheresse et déteste également la présence d’autres arbres dans ses alentours immédiats, car il aime le soleil et la lumière. Et il ne peut disposer convenablement de ces éléments s’il est avec d’autres arbres. Vous devrez donc lui consacrer un espace bien dégagé. La particularité de cette espèce de chêne est que ses glands sont portés par un pédoncule, ce qui lui vaut sa désignation. Son nom botanique est « Quercus robur, syn. Q. pedunculata ».
  • Le chêne rouvre ou chêne sessile : avec 30 m de haut et 25 m de large, c’est un grand arbre au port étalé. Côté culture, il ne demande pas autant d’exigences que le chêne pédonculé. Son sol peut être sec ou acide, mais il ne peut être planté sur un sol calcaire. Il aime aussi le soleil. Le chêne sessile a une bonne rusticité (-15 à -20 °C). En automne, ses feuilles prennent une couleur dorée. Ce qui le différencie des autres espèces est que ses glands se développent directement sur les rameaux. Son nom botanique est « Quercus sessiliflora, syn. Q. petraea ».
  • Le chêne chevelu : il a la même hauteur et la même largeur que le chêne rouvre. Il peut être planté sur un sol en calcaire ou un sol pauvre. Sa rusticité est de -15 °C. Ses glands sont quelque peu échevelés et ont des poils courts. Le chêne chevelu a pour nom botanique « Quercus cerris ».
  • Le chêne tauzin ou chêne des Pyrénées : son nom botanique est « Quercus pyrenaica ». En fonction des conditions de culture, sa hauteur peut varier entre 5 et 20 mètres. Ses feuilles sont caduques et plus ou moins duveteuses sur les deux faces. Il aime le climat doux de la période hivernale avec une rusticité de -15 °C. Le chêne tauzin se développe sur des sols secs ou acides.
  • Le chêne des marais : cette essence de chêne provient du continent nord-américain et est la seule espèce qu’on peut planter sur un sol très humide. Cependant, il ne supporte ni le calcaire ni l’altitude. Sa hauteur peut aller jusqu’à 20 mètres avec 12 mètres d’envergure. Le feuillage du chêne des marais devient rouge en automne. Son nom botanique est « Quercus palustris » et sa rusticité est de -15 °C.
  • Le chêne rouge d’Amérique : originaire de l’est des États-Unis, sa hauteur peut atteindre 25 mètres et sa largeur 20 mètres. Ayant comme nom botanique « Quercus rubra », il a une bonne résistance contre la sécheresse et la pollution atmosphérique. Le chêne rouge d’Amérique est plus adopté dans les jardins, surtout à cause de son feuillage vert qui se métamorphose en rouge flamboyant pendant l’automne.

 

Chênes pour jardins de petite et moyenne taille

  • Le chêne vert : sa caractéristique principale est liée à ses feuilles qui sont d’une couleur verte mate sur leur face supérieure et de couleur vert-grisâtre sur leur face inférieure. Il peut être planté sous forme de haie sur des sols secs, en calcaire ou situés au bord de la mer. Sa rusticité est de -17 °C et sa hauteur varie entre 15 à 20 m. Son nom botanique est « Quercus pubescens ».
  • Le chêne liège : d’une rusticité de -12 °C, il s’agit d’un chêne méridional qui a une hauteur située entre 8 à 15 m. Vous pouvez le planter sur tous les sols, sauf celui en calcaire.
  • Le chêne pubescent encore appelé chêne blanc ou chêne truffier : avec une hauteur de 8 à 15 m, il peut être planté sur du calcaire.
  • Le chêne kermès : cette essence est la plus petite avec une hauteur de 1 à 2 mètres. Il est le chêne idéal pour ceux qui disposent d’un jardin sec. Touffues, ses feuilles sont piquantes et semi-persistantes.

NB : Peu importe sa nature, la plantation du chêne s’effectue généralement en automne.

Conseil d’entretien des chênes

Lorsqu’il est jeune, le chêne a besoin d’être arrosé régulièrement, surtout en période de sécheresse. Les essences méditerranéennes nécessitent une protection contre les vents froids et le gel.

Le chêne est réputé pour être un arbre qui dispose d’un feuillage assez touffu. Cette caractéristique vous fera confronter à un sérieux problème de ramassage de feuilles pendant les périodes automnales. En effet, comme vous le savez, pendant l’automne, les feuilles des arbres tombent énormément. Vous devez alors comme tout bon jardinier débarrasser votre jardin des feuilles, mousses ou déchets verts. Et cette tâche vous sera simplifiée avec l’usage d’un souffleur. L’époque où les jardiniers effectuent le ramassage des feuilles mortes avec la main est révolue. De plus, cela prend du temps et s’avère vraiment fatigant. L’acquisition d’un souffleur vous permettra ainsi de maintenir votre potager ou votre allée (recouvert de feuilles de chênes) propre en un laps de temps. Pour ceux qui ne connaissent pas cet équipement de jardinage, il s’agit d’une machine portative qui produit un flux important d’air susceptible d’aspirer tous les feuilles et débris qui se déposent dans un jardin, sur une terrasse ou une allée. Son mécanisme consiste à les aspirer et à les déposer dans un sac de stockage qu’on vide au fur et à mesure. Si vous avez opté pour un souffleur broyeur, ces déchets seront tout simplement déchiquetés pour servir de compost. Il en existe de différents types, dont le souffleur thermique, le souffleur électrique et le souffleur sur batterie.

L’utilisation du chêne en cuisine

Quelle que soit l’essence choisie, le chêne meuble d’une manière majestueuse votre jardin lorsqu’il commence à se développer. Le chêne adulte est très prolifique et a la capacité de produire plus de 50 000 fruits. Ces derniers comportent de nombreuses qualités nutritionnelles bien qu’ils soient plus réservés, en France, à l’alimentation des animaux comme le cochon, l’écureuil, le chevreuil, l’ours, le pigeon biset ou encore le dindon sauvage. Les noms vernaculaires de certaines espèces de chêne en anglais en témoignent largement : « turkey oak », « bear oak », etc. Les glands peuvent donc aussi s’utiliser en cuisine. D’ailleurs, ils étaient très prisés à l’époque néolithique et paléolithique et servaient à la réalisation de plusieurs mets : bouilli, grillé sous forme d’huile, soupe, bouillie, farine, café… De nos jours, certains peuples, notamment les Allemands et les Polonais, l’utilisent en lieu et place du café. Chez les Amérindiens, les glands occupent également une grande place dans leur alimentation. Pourquoi ? Les fruits du chêne disposent de propriétés nutritionnelles très intéressantes. Ils regorgent d’une grande quantité de vitamine C et d’amidon. Ils sont également très riches en magnésium, en calcium et en phosphore. Mais, notons qu’il est difficile de consommer les glands à l’état brut en raison de leur goût très amer, et cela à cause de leurs tanins. Il faudra alors les lessiver à plusieurs reprises afin que toute l’amertume disparaisse.

Le chêne en médecine

L’écorce et les feuilles du chêne possèdent de nombreuses vertus thérapeutiques et médicinales. L’écorce est connue pour son pouvoir astringent. Elle lutte contre les problèmes de gorge et ceux liés aux pertes blanches odorantes chez les femmes. Elle constitue également un anti-poison d’alcaloïdes toxiques et permet de régler les problèmes relatifs aux fissures anales, aux engelures et à la transpiration des pieds. Les feuilles, quant à elles, ont des propriétés en gemmothérapie. Vous pourrez les utiliser pour combattre la fatigue ; elles se sont avérées être un tonique général et sexuel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here