L’ortie est une plante qui est souvent ignorée, car elle est souvent qualifiée de mauvaise herbe. Elle est toujours redoutée à cause de ses poils piquants et des urticaires. Pourtant, c’est une plante qui représente beaucoup plus d’utilité que l’on ne pense. En effet, elle est associée à de nombreuses vertus, mais peut également être utilisée dans différentes recettes. Elle est également incontournable pour l’entretien du jardin. Voici donc en détail tout ce qui concerne les bienfaits de l’ortie.

Qu’est-ce que l’ortie ?

L’ortie fait partie de la famille des urticacées. Elle fait donc partie d’une trentaine d’espèces de plantes herbacées du genre Urtica (https://www.doctissimo.fr/html/dossiers/urticaire.htm). Ce nom vient du verbe latin urere qui signifie « celle qui brûle ». Les plus connues sont l’Urtica dioica ou grande ortie et l’Urtica urens ou ortie brûlante. Malgré sa qualification en tant que mauvaise herbe, elle apporte plusieurs atouts dans la santé, la diététique, le jardinage, la beauté ou le textile.

Origine et histoire de l’ortie

Originaire de l’Eurasie, l’ortie apporte des vertus thérapeutiques qui ont déjà été reconnues depuis plusieurs siècles, plus précisément dès l’Antiquité. Les Grecs et les Romains, qui l’appelaient à l’époque Alkalyphe, ont été les premiers à s’en servir en tant que remède à différentes maladies. D’ailleurs, le philosophe grec Hippocrate a toujours évoqué ses bienfaits.

Un peu plus tard, au Moyen-Âge, son usage ne s’était plus limité à la thérapie, mais également en tant que composition nutritionnelle. Malheureusement, le caractère urticant de ses feuilles en a fait une mauvaise image et ses vertus ont été oubliées.

Ce n’est que depuis quelques années et grâce au progrès de la science que ses qualités ont été confirmées et renforcées. Cela l’a donc mis au premier plan des plantes médicinales les plus sollicitées.

Caractéristiques de l’ortie

Faisant partie des herbacées à feuilles velues, l’ortie est connue pour ses poils raides urticants qui sécrètent un liquide très irritant. Ses feuilles en forme elliptique sont fortement dentées et pétiolées. Cependant, il existe des fleurs mâles et femelles séparées, mais qui se trouvent soit sur le même pied soit sur des pieds différents. Les fleurs mâles sont reconnues par leur couleur jaunâtre tandis que les fleurs femelles sont verdâtres.

Quant aux poils urticants de l’ortie, ils contiennent de l’acétylcholine, de l’histamine et de la sérotonine. Ceux-ci provoquent l’irritation de la peau en cas de contact. En effet, ces poils, également appelés dards, disposent d’une pointe en silice et se brisent comme du verre et pénètrent dans la peau de ceux qui s’y frottent. Ils injectent ainsi l’histamine qui provoque les démangeaisons, l’érythème et les sensations de brûlure.

Habitat et culture de l’ortie

Comme les deux espèces les plus connues sont la grande ortie et l’ortie brûlante, elles sont donc repérées dans différentes régions à travers le monde. Elles sont notamment très abondantes en Europe. Elles poussent facilement à l’état sauvage, c’est-à-dire dans les champs, les forêts, les prairies ou les endroits non cultivés.

Cependant, il faut noter que l’ortie brûlante ou la petite ortie est une plante qui nécessite une semence annuelle, contrairement à la grande ortie qui est une plante vivace. Elles sont néanmoins récoltées en été et au printemps, plus précisément de juin à septembre.

Quels sont les bienfaits de l’ortie ?

  • Il existe une longue liste des bienfaits de l’ortie. En effet, elle est utilisée dans presque tous les domaines, allant de la médecine au textile. Cette plante impressionnante est donc incontournable et est très pratique dans la vie quotidienne.
  • Pour la thérapie

  • Les vertus thérapeutiques de l’ortie sont placées en tête de liste, car c’est là où elle apporte le plus de bienfaits. Elle peut intervenir dans presque toutes les maladies. Grâce à sa composition nutritionnelle presque complète, c’est l’une des plantes médicinales les plus efficaces.En effet, elle renferme des vitamines A, B, C et E (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine) ; des minéraux et oligo-éléments comme le fer, le calcium, le manganèse, la silice, le potassium, le zinc, le soufre, le magnésium ; des acides aminés essentiels ; des phytostérols ; des flavonoïdes ; de l’histamine ; des acides organiques ; de la sérotonine ; de l’acétylcholine et de la chlorophylle. De la racine aux feuilles, l’ortie offre tous les éléments essentiels à la guérison.
  • Les soins à l’intérieur du corps

  • L’ortie est surtout connue pour être un excellent diurétique, c’est-à-dire qu’elle peut entraîner l’augmentation de la sécrétion urinaire. Elle permet ainsi de nettoyer les reins ou la vessie pour atténuer l’hypertension artérielle ou l’insuffisance cardiaque.
  • Tout type d’inconfort lié à la mauvaise circulation sanguine est également réduit grâce à la consommation de l’ortie. Toujours pour sa propriété diurétique, l’ortie peut aussi permettre de normaliser de façon impressionnante les fonctions et la taille du goitre.
  • Elle est également efficace dans l’élimination des graisses. Elle favorise la détoxification dans le corps et absorbe les sucres. Elle élimine l’acide urique et l’urée qui peuvent provoquer les crises de goutte. Son effet diurétique permet entre autres de lutter contre l’arthrite, les calculs rénaux ou l’arthrose.
  • Les problèmes de prostate sont également minimisés, car l’ortie affaiblit les troubles urinaires en soulageant la miction. Cela permet alors de freiner l’inflammation bénigne de la prostate.
  • L’ortie est entre autres un excellent remède pour le transit intestinal irrégulier. En effet, son action dépurative lui permet de stimuler les sécrétions intestinales, stomacales, pancréatiques et biliaires. Ainsi, elle permet une meilleure digestion.
  • Le rhume des foins, la grippe et la fièvre peuvent également être traités par l’ortie. Toutes sortes d’infections ne poseront plus aucun souci, car l’ortie est très efficace, notamment pour le traitement des maux dans la bouche comme les aphtes, l’angine ou la gingivite.
  • Les soins à l’extérieur du corps

  • La silice, le zinc et le calcium contenus dans l’ortie permettent la reminéralisation des os afin de prendre en charge l’ostéoporose. Cela en fait un anti-inflammatoire extrêmement actif. À cela s’ajoute sa propriété antioxydante qui permet aux tissus du corps de se régénérer. Ainsi, l’arthrite et les rhumatismes peuvent être éliminés.
  • Son effet tonique permet cependant de combattre un grand nombre de cas de fatigue physique, notamment l’asthénie. Elle intervient également dans la lutte contre les jambes lourdes ou l’insuffisance veineuse.
  • Grâce à son activité dépurative, l’ortie peut intervenir dans le traitement de plusieurs dermatoses comme les dartres, les psoriasis, l’eczéma ou l’acné (https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2521539-acne-visage-dos-menton-hormonale-solution-remede-naturel/) . Bien qu’elle soit une plante urticante, l’ortie peut atténuer les irritations cutanées. Cela s’explique notamment par sa teinture d’alcool qui se présente comme un antihistaminique très efficace.
  • En cas de blessures externes, même infectées, il faut également savoir que l’ortie offre des propriétés cicatrisantes et astringentes. L’ortie est également de très grande aide en cas de brûlure du premier ou deuxième degré en évitant la formation de vésicules et en favorisant un apaisement rapide.
  • Les autres soins

  • Étant riche en minéraux et oligo-éléments, l’ortie compense les carences en fer. Cependant, elle facilite non seulement l’ingestion du fer, mais également sa fixation sur l’hémoglobine des globules rouges.
  • Cependant, l’ortie a prouvé plusieurs autres propriétés antioxydante, antalgique, antidiarrhéique, antiallergique, antistress, antimicrobienne, hypoglycémiante ou encore immunostimulante. De plus, les troubles de la ménopause ou le diabète connaissent également des soulagements grâce à l’ortie.

Pour le jardin

L’ortie est très connue pour son effet fertilisant, malgré qu’elle soit généralement considérée comme une mauvaise herbe.

L’ortie comme engrais

L’ortie pousse sur un sol riche en matières organiques décomposées, en minéraux et en azote. Ainsi, en absorbant tous ces composants, elle agit comme régulateur et se transforme en engrais très riche. Lorsqu’elle se décompose, elle nourrit le sol et alimente les autres plantes, mais les protège aussi contre les maladies et les insectes.

Pour avoir un engrais d’ortie, il existe différentes possibilités : la fabrication de purin, le compagnonnage ou le mulch. Alors, pour fabriquer du purin d’ortie, il suffit de l’ortie fraîche, de la hacher ou la broyer et de la macérer quelques jours avec de l’eau pour extraire les minéraux et l’azote qu’elle contient. Sur plantes-jardins.fr, vous trouverez de nombreux conseils pour utiliser l’ortie au jardin ou en cuisine !

Il faudra par contre la tenir à l’abri de la lumière pour maintenir son efficacité. À part ses fonctions d’engrais, le purin d’ortie se présente également comme un fongicide contre les maladies des plantes ou encore comme un insecticide contre les acariens et les pucerons.

Cependant, grâce à sa richesse en minéraux, l’ortie peut être semée en association avec n’importe quelle autre plante pour leur permettre une croissance parfaite. Par ailleurs, quant au mulch, c’est une pratique qui consiste à utiliser l’ortie comme engrais vert.

Pour ce faire, on la fauche avant qu’elle ne fructifie et on l’incorpore grossièrement au sol. Elle peut également être laissée en décomposition sur le sol et peut être accompagnée d’autres engrais verts en cas de manque. Ainsi, les plantes pousseront aisément grâce à sa capacité de stimuler l’activité biologique du sol.

L’ortie comme activateur de compost

L’ortie est très efficace pour activer le compost. En effet, elle dispose d’un pouvoir calorifique important qui permet d’augmenter la température du mélange. À cela s’ajoutent ses protéines qui permettent l’activation des micro-organismes décomposeurs. Pour l’utiliser, il suffit de l’ajouter au tas de compost comme tel ou haché. Le purin d’ortie peut également être utilisé pour le compost.

L’ortie comme catalyseur de biodiversité

La présence de l’ortie permet d’attirer plusieurs variétés d’espèces vivantes pour leur nourriture, leur abri ou leur pondaison. Les syrphes (https://fr.wikipedia.org/wiki/Syrphidae), les chrysopes ou les coccinelles sont généralement attirés par l’ortie ou encore par les insectes qui y vivent. Il existe même des espèces qui sont dépendantes de la plante, ce qui veut dire qu’ils peuvent disparaître avec l’ortie si jamais le cas se présente.

Pour la cuisine

Encore peu de personnes connaissent que l’ortie peut se consommer. Effectivement, c’est une plante consommable qui peut apporter tous les minéraux et les acides aminés dont le corps a besoin. Elle est même une source importante de protéines.

Comment cueillir l’ortie ?

Avec ses poils piquants et urticaires, il est difficile de la cueillir. Toutefois, il suffit de se munir de gants ou de papier pour la ramasser pour éviter de se piquer. La meilleure manière de la couper, c’est de procéder par-dessous, car la partie piquante se trouve généralement sur le dessus des feuilles. Une fois cueillies, ses feuilles doivent être frottées les unes contre les autres afin d’éliminer les aiguillons.

Comment préparer l’ortie ?

L’ortie peut être utilisée pour différents plats comme la soupe ou la salade. Elle peut même être transformée en smoothie, en jus ou en tisane. Elle se consomme fraîche ou sèche selon la préparation. Ce sont ses feuilles qui sont les plus consommées, mais ses racines et ses graines peuvent également être utilisées en cuisine.

Finalement, l’ortie peut être consommée comme un véritable légume. Cependant, sa version fraîche est assez rare sur le marché. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que l’ortie participe activement dans la lutte contre la famine. D’ailleurs, elle était consommée autant que l’épinard jusqu’au XVIe siècle.

Par ailleurs, sa préparation est assez simple. Après sa cueillette, il est important de l’étaler sur un torchon et sur une table. S’il y a du soleil, c’est encore mieux de l’étaler dehors. Ainsi, les insectes s’échappent des feuilles. Ensuite, il faut trier les mauvaises feuilles, c’est-à-dire celles qui sont sèches. Il est cependant préférable de les consommer dans les 24 heures après la récolte. Si les piquants ne sont pas encore débarrassés, ils le seront une fois que l’ortie est blanchie.

Les autres bienfaits de l’ortie

À part son utilité pour la thérapie, la cuisine et le jardin, l’ortie est également appréciée dans d’autres domaines.

Le textile

La grande ortie est dotée de fibres qui ont servi pour faire des toiles et des cordes de qualité dans une grande partie des régions européennes. Elle est également utilisée en teinture végétale des textiles. Ainsi, ce sont les racines et les feuilles qui sont servies en donnant respectivement une couleur jaune et une couleur verte.

Cependant, pour obtenir ces couleurs, il faut couper ou râper les racines ou les feuilles et les cuire à gros bouillon pendant plusieurs heures. Pendant ce temps, le tissu à colorer est à mordancer à l’alun. Cela permet la fixation de la couleur. Après que l’ortie bouillie ait pris la couleur voulue, il faut plonger le tissu à colorer dans le bain.

La beauté

La beauté n’a pas été mise à l’écart pour les bienfaits de l’ortie. En effet, elle est efficace pour favoriser la repousse des cheveux grâce à sa composition riche en vitamine B, en zinc et en silice. Cela permet entre autres de renouveler les cellules des cheveux. L’ortie est également utilisée comme un antipelliculaire.

Il en est de même pour les ongles et la peau. Concernant cette dernière, l’ortie apporte beaucoup d’effets positifs dans sa protection. Il peut alors être utilisé comme cataplasme afin de stimuler les cellules de la peau et la rendre plus douce.

Chez les femmes enceintes

Il ne faut pas négliger non plus les fonctions de l’ortie sur les femmes enceintes ou qui désirent concevoir. En effet, grâce à ses apports lui permettant d’être reminéralisante, l’ortie assure un bon équilibre hormonal. Elle prévient également des malformations du fœtus. L’ortie peut également servir de complément alimentaire et aide à la production de lait maternel.

Comment consommer l’ortie ?

L’ortie peut se consommer de différentes manières selon son usage. Mais comme elle est plus sollicitée pour ses vertus thérapeutiques, alors elle est généralement consommée sèche. Cependant, il est important de noter que toutes les parties de l’ortie peuvent être consommées. Son interaction avec d’autres plantes médicinales apporte encore plus de résultats satisfaisants.

Les racines

Les racines de l’ortie sont utilisées pour soulager l’inflammation bénigne de la prostate. Avec une dose quotidienne de 460 à 600 mg de racine d’ortie, le déséquilibre urinaire lié à l’affection peut être soulagé. Cependant, associée au palmier nain ou au pygeum, les résultats sont plus efficaces.

Les parties aériennes

Les extraits de feuilles d’ortie sont souvent utilisés pour les traitements de l’arthrite, de la rhinite allergique ou de la repousse des cheveux. Cependant, elles sont également utilisées pour les traitements de toutes sortes d’inflammations ainsi que les piqûres d’insectes.

Posologie

L’ortie peut être consommée quotidiennement à condition de ne pas dépasser une certaine dose. Ainsi, pour une infusion, ne pas dépasser 50 à 60 g de feuilles pour 1 litre d’eau. Pour la poudre, 1 cuillère à café le matin et le soir mélangé dans du yaourt, de la compote ou de l’eau suffit.

Dans le cas d’une gélule, la dose nécessaire est de 2 à 6 gélules par jour réparties en trois prises. Généralement, le traitement avec une ortie ne doit pas dépasser 3 semaines. Il est toutefois important de se référer à l’avis d’un médecin.

Quelles sont les précautions à prendre pour l’utilisation de l’ortie ?

Comme toute utilisation de médicament, la consommation de l’ortie peut nécessiter certaines contre-indications. Ainsi, en cas de traitement d’irrigation, elle n’est pas conseillée en cas d’œdème. Des réactions allergiques sont également notées, mais sont passagères et sans danger.

La consommation excessive chez les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que chez les enfants est également déconseillée. La consommation est strictement interdite chez les asthmatiques ou les personnes souffrant de troubles rénaux ou cardiaques. Pour plus de précautions, il faut limiter le contact avec les yeux et les muqueuses à cause de son effet irritant. Par ailleurs, l’ortie peut provoquer une réduction de l’urine et une irritation gastrique. Si cela persiste, il faut impérativement arrêter la consommation afin d’éviter d’aggraver la situation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here