Bien tenir son jardin nécessite que vous accordiez une attention particulière aux plantes. Avoir un splendide jardin vous amènera à prêter une écoute attentive à ces espèces végétales qui retiendront l’attention de vos visiteurs. Parmi celles-ci figure le rhododendron. Cette plante, appartenant à la famille des éricacées, est réputée pour la beauté de ses fleurs. Aussi appelés azalées, les rhododendrons peuvent atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur. Quelles sont les caractéristiques du rhododendron ? Comment prendre soin de cette plante de jardin ? Sur quel type de sol croit-elle le mieux ? Nous vous apportons des réponses dans ce guide.

Présentation du rhododendron

Tiré du grec rhodon signifiant la rose et dendron voulant dire l’arbre, le rhododendron pousse généralement en Amérique et en Asie.

Il faut savoir que les rhododendrons ou azalées font partie de la grande famille des éricacées, des plantes à fleurs comptant environ 1350 espèces. Ils croissent dans les régions montagneuses. Leurs fleurs peuvent être de plusieurs couleurs. On en trouve des blanches, des roses, des roses lilas, des mouchetées de pourpre, des carmins, des jaunes, des violettes, des oranges, des roses saumonés. Elles peuvent mesurer jusqu’à 10 cm de longueur et de largeur.

Les rhododendrons se présentent sous forme d’arbustes dont la taille peut atteindre 15 mètres. Dotés d’un feuillage vert foncé, les rhododendrons évoluent dans un milieu acide. Par ailleurs, ces plantes peuvent résister à une température allant jusqu’à -400 Celsius. Toutefois, le rhododendron croit mieux quand il a une exposition mi-ombre. Il faut tenir compte de cette condition au risque de voir votre plante mourir après tant d’efforts pour en prendre soin.

Les différentes variétés de rhododendrons

La famille des rhododendrons est aussi diverse que variée. Au sein de cette famille, la taille des plantes part de 50 cm à plus de 5 mètres de hauteur. Voici quelques espèces !

  • Le rhododendron madame ou grand rhododendron

Sa hauteur à maturité peut atteindre 140 cm et sa période de floraison fixée d’avril à mi-mai. Pendant le printemps, il est éblouissant.

  • Le rhododendron lem’ s monarch

Également appelé grand rhododendron, il fleurit entre mai et juin. À maturité, il mesure parfois 175 cm. Dans le jardinage, cette variété est beaucoup prisée pour sa délicatesse et la bonne impression qu’elle laisse aux visiteurs.

  • Le rhododendron horizon monarch

Il s’élève souvent à 180 cm de hauteur. Ce type de rhododendron est exceptionnel en raison de ses fleurs qui ont une couleur très rare. Les fleurs du rhododendron horizon monarch sont de couleur jaune pêche. Sa période de floraison est comprise entre avril et mai.

  • Le rhododendron nain parfumé ou rhododendron fragrantissimum

Ce rhodo se distingue par son parfum. En effet, c’est l’une des variétés les plus odorantes. Lorsqu’il atteint la maturité, la taille de ce rhododendron est évaluée à 100 cm. Pour le voir fleurir, il faut attendre le mois de mai.

  • Le rhododendron golden torch

La taille à la maturité de cette variance peut atteindre 80 cm, et il porte beaucoup de fleurs.

  • Le rhododendron impeditum

C’est un des plus petits rhododendrons (50 cm). Il a une floraison surprenante. En effet, ses fleurs de couleur bleu-violet ne passent pas inaperçues et séduisent les amoureux de plantes. Planté dans un jardin, il y apporte un nouveau souffle.

  • Le rhododendron calsap

Il fait partie de la famille des rhododendrons à floraison très précoce. Cette plante se reconnaît par ses fleurs blanches qui éclosent dès le printemps.

  • Le rhododendron arboreum rouge

Il est de couleur rouge cerise comme son nom l’indique. Il peut être très haut avec notamment une taille évaluée à 200 cm. Cette variété fleurit de mars à mai.

  • Le rhododendron winsome

Il a une couleur rose foncé. D’une hauteur de 80 cm, cette espèce fleurit d’avril à mai.

  • Le rhododendron dream land

Ce type d’azalées est capable de supporter une température de -200. Pendant le printemps, cette plante, qui fleurit entre avril et mai, se protège grâce à ses fleurs de couleur camaïeu de rose. Il est le plus rustique des rhododendrons et est capable de résister au froid et au gel.

Réussir la culture du rhododendron

La période propice pour planter le rhododendron est fixée à fin septembre ou début octobre. Voici quelques procédures à suivre pour réussir la mise en terre de votre rhodo !

Où planter le rhododendron ?

D’entrée de jeu, retenez que le rhododendron a besoin d’un espace ombragé et humide même s’il est vrai qu’il peut supporter le soleil. Les rayons du soleil sont capables de jaunir les feuilles de votre plante et faire apparaître des taches sur la partie exposée.

Trouvez un endroit de votre jardin susceptible d’offrir de l’ombre à la plante. Évitez de l’exposer au soleil sinon vous la ferez mourir. Il faut également opter pour un emplacement moins venté pour éviter que le vent ne brûle le bord des feuilles du rhododendron.

Pour le rhododendron en pot, une fois l’endroit idéal trouvé, tâchez de remplir le fond de votre récipient d’une couche d’argile ou de graviers. Vérifiez que le pot a une ouverture sur le bas. Choisissez-en un qui ne soit pas trop grand, peu importe sa matière. Vous aurez à le changer tous les deux ou trois ans.

En tant que plante de terre de bruyère, le rhododendron doit être tenu loin du calcaire. Choisissez un porte-greffe dont les caractéristiques correspondent au sol. Creusez un trou équivalant à deux fois et demie la taille de votre pot. Afin de permettre aux racines du rhododendron de bien s’implanter dans le sol, vous devez briser le chignon de la motte.

Sur quel sol cultiver le rhododendron?

Il est conseillé de cultiver le rhododendron sur un sol acide, léger et bien drainé. Surtout, méfiez-vous du sol calcaire ou tout simplement rendez-le plus adéquat. Le Ph du sol doit être compris entre 4,2 et 6,8.

Vérifiez le drainage du sol pour ne pas que les racines du rhododendron se retrouvent immergées dans l’eau. Pour cela, vous n’avez qu’à creuser un trou dont la profondeur peut être estimée à 15 cm. Logiquement, après 4 heures de temps, le sol doit avoir absorbé l’eau. Au cas où vous remarquez toujours la présence de l’eau, il va falloir pratiquer un drainage.

En outre, faites recours à l’écorce de pin moulue et au sable grossier pour vaincre le sol argileux. Vous avez constaté que le sol de votre jardin est sablonneux ? Vous aurez besoin de matériau organique mélangé à de la terre.

Bien entretenir son rhododendron

Votre rhododendron est désormais en terre. Vous avez trouvé le coin de terre devant accueillir votre plante. Mais tout n’est pas fini ! Il faut bien prendre soin de ce « bijou ». Souvenez-vous que l’azalée ne doit aucunement manquer d’eau. Arrosez le rhododendron une ou deux fois par semaine. En procédant ainsi, vous permettez à la plante de croître et de pousser de nouvelles racines. C’est une consigne à ne pas négliger ! Comme l’air pour l’organisme de l’homme, l’eau est vitale pour votre plante. Au cas où vous serez absent longtemps, n’oubliez pas de laisser des consignes pour l’arrosage. Prenez vos précautions pour éviter que votre plante ne manque d’eau même quand vous êtes loin de chez vous. Rassurez-vous que la surface de votre pot est sèche avant de l’arroser. Le rhododendron craint la sécheresse. Qu’il soit planté en terre ou dans un pot, le rhododendron n’est pas arrosé de la même manière. En terre, il sera arrosé régulièrement pendant la première année. Puis l’arrosage se fera deux ou trois fois par mois.

Vous pouvez apporter de l’engrais une fois par an dans le but de rendre votre plante résistante face aux maladies. Débarrassez-vous du bois mort.

En termes d’entretien, vous n’aurez pas besoin de tailler le rhododendron. En effet, il vous suffira de tailler les efflorescences déjà fanées afin de conserver un bel éclat au futur arbre. Vous devez juste attraper la fleur fanée et tourner. Elle se détachera seule. Notez qu’il est conseillé de le faire à la maison. Découvrez d’autres conseils sur ce site.

Le matériel nécessaire pour prendre soin du rhododendron

Le rhododendron requiert une attention particulière. Pour l’entretenir soigneusement, vous aurez besoin de matériel approprié. Il vous faut un arrosoir sans pomme. Pour vous en occupez, vous aurez besoin :

  • d’engrais ;
  • d’un sécateur ;
  • de la terre de Bruyère.

Bien choisir son plant

Il est clair que si dès le départ, vous avez choisi une plante malade, votre rhododendron ne se portera pas mieux. Rappelez-vous, cela est très important de choisir des plans bien verts. Attention à bien choisir la forme de fleur que vous préférez.

Le choix ne sera pas facile étant donné qu’on peut trouver plus de 150 espèces et environ 700 variétés de rhododendrons.

Maladies et soins des rhododendrons

À l’instar des autres plantes, le rhododendron est exposé à de nombreuses maladies aux causes diverses. Parfois, malgré toutes les précautions prises pour une bonne croissance de votre rhododendron, il peut être attaqué par certaines maladies. Toutefois, des rhodos convenablement arrosés sont rarement victimes de maladie.

  • La chlorose

La chlorose est une maladie qui se manifeste par la décoloration des feuilles d’une plante (elles deviennent jaune pâle). Elle est causée par une carence en fer, en magnésium, en azote, en manganèse ou en zinc. Notons que ces éléments jouent un rôle primordial dans la synthèse de la chlorophylle. Cette maladie occasionne la perte de la couleur du rhododendron.

Si vous remarquez ces symptômes chez votre plante, surtout ne cédez pas à la panique. Rien n’est encore perdu. Pour traiter la chlorose, il faut désormais ajouter tout simplement du chélate de fer à votre eau d’arrosage. Vous pouvez aussi entamer un traitement anti-chlorose ou renforcer votre sol en engrais notamment celui dédié aux plantes de terre Bruyère. Pour prévenir la chlorose, nous vous conseillons de planter vos rhododendrons dans une terre bien drainée et acide. Un apport annuel de terre Bruyère est un excellent moyen de se mettre à l’abri de la chlorose. Pour l’arrosage, préférez l’eau de pluie à une eau calcaire.

  • L’oïdium

L’oïdium, maladie causée par un champignon du même nom, attaque les feuilles en les couvrant de dépôts blanchâtres poudreux. Vous reconnaîtrez que votre plante est atteinte d’oïdium par ces signes : décoloration, perte et déformation des feuilles…

Le traitement de l’oïdium peut se faire à l’eau de javel. Pour deux litres d’eau d’arrosage, ajoutez 25 ml d’eau de javel.

Afin d’éviter la propagation de la maladie, il est recommandé de brûler toutes les feuilles contaminées. Au cas où près de la moitié des plantes sont touchées par l’oïdium, vous allez avoir recours à un fongicide de synthèse anti-oïdium.

Pour traiter cette maladie, utilisez du soufre mouillable que vous diluerez dans de l’eau.
Lorsque la maladie débute, dépêchez-vous de faire usage du lait écrémé.

Heureusement, il existe des moyens pour prévenir l’oïdium. N’oubliez pas que vous devez planter les rhododendrons dans un sol léger, acide et bien drainé. En plus, gardez en mémoire que ces végétaux ont besoin d’être exposés dans un environnement mi-ombragé.

  • La maladie des boutons noirs ou bud light

La cicadelle, insecte de la famille des cicadellidés, est un véritable ennemi du rhododendron. En effet, cette bestiole est la principale cause de la maladie des boutons noirs aussi appelée bud light.

La maladie des boutons noirs se manifeste par l’apparition de poils noirs sur les bourgeons qui prennent la couleur brune.

Pour le traitement, vous serez obligés de couper les bourgeons malades. La bouillie bordelaise est un puissant remède contre le bud light. À base de cuivre et de chaux, il détruit les champignons et limite leur développement. Ce fongicide peut être très utile pour combattre la maladie des boutons noirs.

  • La galle ou fausse cloque.

Au menu des maladies qui menacent le rhododendron se trouve la galle ou fausse cloque. Elle est causée par le champignon, Exobasidium vaccinii. Il dépose ses œoeufs sur votre alizée et celle-ci change d’aspect avec l’apparition de galles de couleur blanc rosé ou vert pâle. On note aussi une déformation du feuillage. Cette maladie est également connue sous le nom de galle foliaire.

Quand il n’y a que quelques feuilles atteintes, le traitement se fait en coupant « les petites oreilles ». On pourrait être amené à aller plus loin en supprimant le rameau malade. Un autre remède consiste à pulvériser une solution d’argile.

Faites attention, car la galle peut disparaître pendant plusieurs années avant de resurgir. Pour l’éviter, il faut être vigilant en guettant la présence d’aleurodes.

  • Le pestalozzia

Le pestalozzia est un redoutable ennemi de votre plante. C’est une maladie qui va jusqu’à faire tomber les feuilles de votre rhododendron. Ce champignon microscopique a une préférence pour les feuilles fragiles. Elles sont marquées par des taches brunes ou grises. Ces tâches s’étendent sur les feuilles. Pour le traiter, supprimez, brûlez les parties malades et utilisez un fongicide de synthèse.

  • Le phytophthora cactorum

La particularité de cette maladie est de faire pourrir les racines du rhododendron. Appartenant à la grande famille des oomycètes, les phytophthoras se nourrissent de débris de racines. Ils s’attaquent à diverses plantes, notamment, les cultures potagères, les plantes fruitières, les plantes ornementales dont le rhododendron et les arbres.

Pour lutter contre le phytophthora, dépêchez-vous de couper les parties touchées par la maladie. Faites attention à ne pas toucher les rameaux sains. Puis, si nécessaire, faites usage d’un fongicide de synthèse.

En définitive, retenez que votre réussite dans la culture du rhododendron ne dépendra que de votre aptitude à prendre soin d’elle. Entretenu et bien traité, il ne fait pas de doute que votre jardin sera l’un des plus fleuris et sans contexte le plus envié de votre zone d’habitation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here